fbpx
Le blog

29 mai 2011 : Cannes et Boxes européennes à…


Avec :

Lorenzo Ravazzani-Manusardi (it) : Maître d’armes de l’ENBF, moniteur de savate-Boxe française, instructeur d’escrime traditionnelle. ENBF fencing master, savate – french boxing monitor, traditional fencing monitor.
Jean-Pierre Julémont (be) : Gant d’Or attribué par la Ligue Royale de boxe française et l’école nationale de boxe française de Milan, gant de Platine (distinction honorifique belge), Champion d’Europe Légers 1970, champion de Belgique 1969 et 1970. Golden Glove, attributed by the Royal French Boxing League and the National French Boxing School of Milan, Platinum Glove (honorific belgian distinction), European Champion 1970, Belgium Champion in 1969 and 1970.
Stéphane Volante (fr) : Moniteur de Canne, Bâton, Savate et Panache de la méthode Lafond. Stick, staff, savate and Panache monitor of the Lafond method.
Fabien Hamon (fr) : Moniteur de Canne, Bâton, Savate et Panache de la méthode Lafond. Stick, staff, savate and Panache monitor of the Lafond method.

    Jean-Marc a plus qu’un petit faible pour l’Italie : il a carrément des gènes au pesto. C’est pourquoi la venue de Lorenzo Ravazzani-Manusardi de l’Académie Manusardi à Paris a fait remonter du plus profond de son ADN un élan de patriotisme qui l’a fait prendre contact avec le monsieur et les personnes qu’il venait visiter près de notre capitale : Stéphane Volante et Fabien Hamon, tous deux instructeurs de l’Ecole Lafond. Maître Roger Lafond, qui s’est éteint le 8 avril 2011, fut le fondateur d’une méthode complète basée sur l’utilisation de la canne, du bâton, de la boxe française, de l’autodéfense et de l’escrime, dont Stéphane et Fabien sont les dignes représentants.
    Jean-Marc is more than a little fond of Italia : his genes tastes like pesto. That’s why when he heard that Lorenzo Ravazzani-Manusardi from the Manusardi Academy was coming in Paris, a deep patriotic rush came from his DNA to contact the master and the persons he was visiting in our capital : Stéphane Volante and Fabien Hamon, two instructors of the french Lafond School. Master Roger Lafond, who passed away on April 8th of 2011, was the foundator of a complete method based on the usage of the stick, the staff, french boxing, self-defence and fencing, and whom Stéphane and Fabien are the worthy holders.

Manusardi Lafond

    Après quelques échanges, l’idée d’un nouveau stage à Viroflay naît rapidement. Ni une ni deux, il contacte également Jean-Pierre Julémont qui connaît bien les Lafond et voici que le stage se monte en quelques jours. La date retenue sera le 29 mai 2011.
    Some messages later, the idea of a new workshop in Viroflay was born. Without a second’s hesitation, he contacts Jean-Pierre Julémont who also knows the Lafonds and the workshop was built, in a couple of days. And the date shall be the 29th of May 2011.

    Cette fois, quinze personnes sont présentes dès l’aube pour assister à ce stage exceptionnel à tous points de vue : c’est le deuxième stage en France auquel Lorenzo participe, Stéphane et Fabien acceptent de ne montrer que le panache et la canne Lafond, quatre intervenants de méthodes proches ou assimilées se retrouvent au même endroit pour dispenser leurs connaissances. Exceptionnel, je vous dis!
    This time, fifteen people are present as the dawn rises to assist to this exceptional workshop in all ways : it will be the second one in France for Lorenzo, Stéphane and Fabien accepted to only show panache and the Lfond stick method, four teachers from similar methods gathered in the same place to teach ther knowledge. Exceptional, I told you!

    Lorenzo lance la machine : échauffements, puis un bref rappel des attaques de base, quelques attaques composées et un travail de distance. Il enchaîne sur les arrêts à la main avant de céder la parole à Stéphane qui commence par nous faire saliver avec un petit assaut conter Fabien. Puis il nous positionne rapidement en cercle autour de lui pour une leçon de parapluie Lafond. Ca va vite, très vite! La leçon Lafond est aussi particulière qu’elle est efficace : Stéphane mène ses troupes à un train d’enfer pour les faire enchaîner les battez, battez inverse, piquez, frappez de façon fluide! Il termine par resserrer le cercle et nous fait travailler patiemment la self-défense en encaissant stoïquement chaque défense.
    Lorenzo launches the machine : warming up, then a brief review of the basis attacks, some composed attacks and then some distance exercises. He carries on with the stopping counter-attacks on the hand before yielding the floor to Stéphane who began to make us drool over a little fight against Fabien. Then he put us in circle around him for an umbrella lesson. It goes quick, really quick! The Lafond way of teaching is as peculiar as effective : Stéphane leads his troups to a top speed to make them chain fluently the beating, reverse beating, thrusting, hitting! He finishes by gathering us around him to make us work self-defence with him, taking all the attacks in his stride.

Echauffement Distance AssautLafond Parapluie

    Après le repas, Lorenzo reprend la main pour une leçon collective devant le miroir. Au menu : attaques composées, feintes et la fameuse « passata sotto ». Fabien nous livre ensuite quelques secrets du panache que ce jeune moniteur talentueux travaille depuis plusieurs années, avant de laisser Jean-Pierre nous présenter un large éventail de techniques propres à immobiliser, désarmer ou neutraliser un adversaire avec une canne.
    After the lunch, Lorenzo takes us in front of the mirror for a collective lesson. He shows us how to use composed attacks, feints and the famous « passata sotto ». Then Fabien, as a young talentuous monitor, gives us some secrets techniques from the panache he has been working on for a few years, before letting Jean-Pierre present us a large panel of ways to immobilize, disarm or neutralize an opponent with a stick.

LeconCollective PassataSotto Panache Defense

    Enfin, pour bien terminer le stage, nous finissons pas quelques assauts en croisant les méthodes : canne italienne VS canne fédérale, canne Lafond VS canne fédérale, canne italienne VS canne Lafond… Une chose est sure : la stratégie n’est pas la même si on arme ou si on n’arme pas!
    Finally, to terminate the workshop, we try some assaults, mixing the methods : italian stick VS federal canne, Lafond canne VS federal canne, italian stick VS Lafond canne… One thing is certain : the strategy is not the same wether we prepare the attacks or not!

AntoineLorenzo AntoineFabien MamboLorenzo

Toutes les photos de l’évènement sont sur Picasa :
All the pictures of the event are on Picasa :

2011-MAI-29 : Stage cannes européennes à Viroflay
Le blog

27 mars 2011 : Cannes et Boxes européennes à…


Avec :

Jean-Pierre Julémont (be) : Gant d’Or attribué par la Ligue Royale de boxe française et l’école nationale de boxe française de Milan, gant de Platine (distinction honorifique belge), Champion d’Europe Légers 1970, champion de Belgique 1969 et 1970. Golden Glove, attributed by the Royal French Boxing League and the National French Boxing School of Milan, Platinum Glove (honorific belgian distinction), European Champion 1970, Belgium Champion in 1969 and 1970.

Reynald Némery (fr) : BEES 1er degré Canne de Combat et Bâton , Moniteur Savate-Bâton Défense, DTL Canne de Combat et Bâton de Normandie, Moniteur fédéral Sabre sportif. National Professor 1st grade in Canne de Combat and Bâton, Savate-Defence instructor, Technical Delegate for the Normandie League, federal sportive saber monitor.

Jean-Pierre Le Blon (fr) : BEES II de Boxe française, gant d’or, double champion de France 1967 et 1968, Initiateur de Savate-Défense, Juge-Arbitre International en 1975, Médaille d’Or de la Jeunesse et des Sports.National Professor 2nd grade in French Boxing, Golden Glove, France Championship winner in 1967 and 1868, Savate-Defence initiator, International referee in 1975, Youth and sport Gold Medal.

    Après le succès incontestable du premier stage, il fallait bien remettre ça rapidement. Jean-Pierre Julémont était d’ailleurs pratiquement prêt à revenir toutes les semaines s’il le fallait!
    Par le biais du hasard, ou d’un Jean-Marc particulièrement efficace à nouer des réseaux, nous étions entrés en contact avec l’association normande Aqua-Ferro qu’animent Antonio Meffe et Reynald Némery. Or, ce dernier s’intéresse de près à la canne sous toutes ses formes. Il n’en fallut pas davantage à Jean-Marc pour engager la discussion avec lui et bientôt l’inviter à participer à ce second stage viroflaisien. Il fut donc convenu que Jean-Pierre Julémont, Jean-Pierre Le Blon et Reynald Némery se rencontreraient lors d’un nouveau stage au gymnase Gaillon de Viroflay autour du thème : « approches comparées des méthodes de défense canne/pieds ».

Le blog

31 janvier 2011 : Cannes et Boxes européennes à…


Avec :

Jean-Pierre Julémont (be) : Gant d’Or attribué par la Ligue Royale de boxe française et l’école nationale de boxe française de Milan, gant de Platine (distinction honorifique belge), Champion d’Europe Légers 1970, champion de Belgique 1969 et 1970. Golden Glove, attributed by the Royal French Boxing League and the National French Boxing School of Milan, Platinum Glove (honorific belgian distinction), European Champion 1970, Belgium Champion in 1969 and 1970.

Jean-Pierre Le Blon (fr) : BEES II de Boxe française, gant d’or, double champion de France 1967 et 1968, Initiateur de Savate-Défense, Juge-Arbitre International en 1975, Médaille d’Or de la Jeunesse et des Sports. National Diploma 2nd grade in French Boxing, Golden Glove, France Championship winner in 1967 and 1868, Savate-Defence initiator, International referee in 1975, Youth and sport Gold Medal.

    Depuis quelque temps déjà, nous réfléchissions à ce à quoi pouvaient ressembler la boxe française et la canne avant que l’esprit sportif ne les enrobe de ses édulcorants un brin synthétique. Nous avions déjà rencontré des pratiquants d’autres méthodes de canne, nous avions lu des ouvrages de Charlemont ou de Plasait, mais nous n’avions pas encore pu trop tâter de nos mains un coup de talon de canne bien placé ou une projection de lutte parisienne.

    Voilà donc comment ce premier stage est né. Nous avons fait appel à deux pointures en la matière qui avaient en plus la particularité d’avoir la sagesse de vouloir partager leur savoir : Jean-Pierre Julémont et Jean-Pierre Le Blon. Et comme les deux personnages se connaissaient plus que bien, il ne nous fallut pas beaucoup de temps pour les réunir lors d’un petit stage d’une journée, le 30 janvier 2011 au Gymnase Gaillon de Viroflay, fief de Jean-Pierre Le Blon.

    Après un petit échauffement de rigueur (l’hiver bat alors son plein), Jean-Pierre Julémont entame les hostilités : comment coupler attaques de canne et de pied. Puis bien sûr, leur défensive. Nous abordons quelques petites attaques « spéciales » avec la canne avant de plancher sur les saisies, les clés et les désarmements.

    En début d’après-midi, Jean-Pierre Le Blon reprend sur son attaque favorite : le coup de pied bas, avant d’embrayer sur les différentes façons d’armer et de développer les chassés. Il poursuit avec les différentes saisies sur les coups de pieds et les façons (parfois acrobatiques!) de s’en libérer.

Echauffement Canne Canne2 Chasse

    Enfin, Jean-Pierre Julémont reprend la main et nous enseigne comment parer des attaques pied/poing et utiliser des projections de lutte parisienne pour amener son adversaire au sol et l’immobiliser rapidement. Rien ne lui résiste, nous tombons comme des mouches.

SurCoupPoing SurUnFouette SurUnMalentendu

   

    La journée se termina avant même que nous nous en apercevions. Nous étions fourbus mais satisfaits : nous avions exactement trouvé ce que nous cherchions, à quoi s’ajouta immédiatement l’envie de réitérer l’expérience.

Toutes les photos de cette journée bien remplie :

2011-JAN-30
: Stage de boxe et canne anciennes à Viroflay.
Le blog

05 avril 2011 : Démonstration pour le Prix du…

Le 5 avril 2011 avait lieu la remise du Prix Palatine du Roman Historique au musée Carnavalet. Cet événement littéraire récompense tous les ans un roman pour ses qualités historiques, romanesques et originales. Par le truchement de nos agents infiltrés aux éditions Belin, co-organisateurs de l’évènement, nous avons été sollicités pour produire une animation de 45 minutes sur un thème historique. Et comme il se trouve que notre discipline coïncide fortuitement avec un contexte de XIXème siècle, nous avons décidé de monter une petite scène d’époque, avec de véritables morceaux de costumes à l’intérieur.

Le plus difficile a été de concevoir une animation de 45 minutes en à peine un mois et demi, tout en nous procurant des costumes historiquement compatibles (voire pour certains totalement d’époque) ainsi qu’en ne dépassant pas la limite du budget qui nous était astreint : 600€ . Mission ardue mais que nous sûmes réussir en greffant petit à petit les chorégraphies de combat les unes avec les autres. Sans tomber dans le classicisme d’un bourgeois attaqué par un ou plusieurs apaches, Delphine, Sélénia, Mambo et Le X ont concocté la petite historiette amusante que voici.

Distribution :

Delf : Mme Mathilde, vendeuse de cannes et parapluies

Sélénia : Mme de Sèvres, cliente aisée

Mambo : M Polochon, jeune bourgeois client de la salle d’armes

Le X : M Lemaître, Maître d’escrime et de canne


Maître d’Armes, ça ne paye pas et ça n’a d’ailleurs jamais payé. Aussi le Maître de l’histoire doit-il arrondir ses fins de mois en accomplissant des petits boulots. Il est en outre complice de Mme Mathilde, à qui il fait semblant, déguisé en voyou, de chercher des noises. La courageuse marchande le met alors en déroute à grands coups de parapluie bien placés, devant des clientes médusées qui ressentent tout-à-coup le besoin irrésistible de posséder un tel accessoire.

Conquise par cet argument de vente imparable, Mme de Sèvres s’approche de l’étal pour prendre une leçon de défense au parapluie et finit par repartir avec une ombrelle.

Lemaître, stupéfait par les compétences de la cliente, a soudainement l’idée de la mettre à l’épreuve en l’abordant et en jouant les importuns. Il y arrive tant et si bien qu’il s’ensuit entre les deux un affrontement teinté de valse au cours du quel Mme de Sèvres tente de se débarrasser du gêneur à coups d’ombrelle, tout en y prenant un malin plaisir.
Finalement, Lemaître reprend le dessus et profite du désarroi de la dame pour l’inviter dans sa salle d’armes.

Mme de Sèvres, se retrouvant seule, retourne voir la vendeuse d’ombrelles pour lui relater l’incident dont elle a été la victime, fière de lui rapporter qu’elle a réussi à mettre en pratique la leçon de défense prise quelques minutes plus tôt. Après le récit, elles décident finalement de se rendre dans la salle d’armes pour tenter d’arracher, par la force s’il le faut, des excuses à l’impudent.

Dès leur entrée dans la salle, Lemaître s’empare de Mme de Sèvres, lui colle un fleuret entre les mains et lui donne une leçon avant même qu’elle ait pu ouvrir la bouche. Puis il donne une leçon de canne à Mme Mathilde qu’il entraîne régulièrement. Entre-temps est revenu M Polochon qui vient terminer la leçon interrompue au tout début du spectacle.

Enfin, les quatre pratiquants se rencontrent les uns les autres lors de petits assauts d’escrime, de canne et de boxe française, tout en ponctuant leurs attaques de commentaires bien sentis à propos de la technique, du temps qu’il fait et de l’efficacité des méthodes les unes par rapport
aux autres.

Après avoir vérifié que tous les invités étaient rentrés et avoir rangé le matériel qui ne servirait plus, nous nous sommes dirigés vers la fin des discours et la remise du Prix qui avait lieu dans la deuxième Salle des Enseignes, retransmise dans la première sur des écrans géants. Puis, toujours costumés, nous avons doucement vogué d’un banquet à l’autre, tout en profitant des autres animations prévues pour égayer la soirée : prestidigitateur, harpistes, pianistes et violonistes, avant de retourner nous changer dans les appartements du 3ème étage et de mettre un terme à cette éprouvante mais néanmoins magnifique soirée.

Après avoir salué les organisatrices, et tandis que nous nous apprêtions à quitter les lieux, il nous a été remis généreusement un exemplaire du livre lauréat : Les Enfants d’Alexandrie, de Françoise Chandernagor. Félicitations à elle pour cette récompense, et mille merci aux organisatrices qui nous ont accueilli avec chaleur et qui ont su faire passer à tous les invités, je pense, un moment des plus agréables.

Et merci à Céline Gaille, la photographe officielle de la soirée, qui a bien voulu nous céder des photos de l’évènement! (toutes les photos marquées sont copyright Céline Gaille, 2011, tous droits réservés).

Bandeau