fbpx
Le blog

Le Bazhataeg à Quimper (11-12 Avril 2009).

 Il pleut bien,

Les 11 et 12 Avril 2009, en voiture vers la mer.

En Bref, tout au bout ouest du monde, sous la célèbre pluie.        Pas neuf, ni bancal, le véhicule roule bien.

Menant Ker Ptain, Solennia, Dir M’andro et LoïX vers un week-end de détente ou d’efforts, suivant aspiration.

A précisément 2 heures de bouchon et 5 heures de route de Paris, ils atteignirent avec satisfaction le

Finistère, quelque peu fourbus par le voyage, déjà en train de digérer leur pizza de Rennes. Objectif : dormir.

            La compétition ? Fort bien agencée et fort agréable, il faut le dire. Mais la motivation était ailleurs…

Car à Quimper, quand on parle de crêpes, ce n’est pas pour faire semblant. D’ailleurs nous avons tous mis

            la main à la pâte et la pâte sur les biligs des crêpières que nous ne remercierons une fois de plus jamais

                                   assez pour leur accueil si convivial et ce qui transforme la sueur en satisfaction

                                                           Les vannes ont fusé, les tireurs de renom aussi, et c’est avec cette

                                                                                                           lueur de nostalgie fatiguée que les Apaches

                                                                                                          remballèrent leur 4ème place ex-aequo et

                                                                                                                      s’en allèrent, songeant à Nantes

deux semaines plus tard. A bientôt, Bretagne.

 

    N

O x E

    S

Le blog

Des Apaches chez les Titis.

Des Apaches chez les Titis!
Nous étions au gymnase de la Halle Carpentier pour disputer la rencontre par équipe « les Titis parisiens ».
Le samedi 31/01 et le dimanche 01/02.
Halle Georges Carpentier: 81, Boulevard Masséna, 75013 Paris
Le Gymnase est à gauche en entrant dans le complexe par le boulevard Masséna.

La preuve en est ce compte-rendu un peu tardif :


Nous arrivons

Dans le gymnase

En fanfarons

Mais sans emphase.

Accueil cordial

Et sur les stalles

Un peu s’installe

Un camp de base.

 

Rires du matin et bonjours

Donnent le ton, posent l’ambiance

Qui rythmera sur les deux jours

La foule de parisiens dense,

Allemands, anglais, still besser,

« Arvenes » recherchant leur aire

Ou provinciaux bien volontaires.

A monde fou plaisir immense.

 

Enfin ! Les assauts débutent à l’heure et s’enchaînent

Dans chacune des poules les Apaches trinquent :

Où Kptain, Ben et L’X luttent et montent avec peine

Sélénia, Di Mambo, François et Margaux vainquent !

Buffets froids, assauts chauds, mélangent en un éclair

Latéral fourchette et rotations arbitraires.

Hypocras et gâteaux, énergies communautaires

Plus que les craquements du châtaigner requinquent.

 

Experts en tête, Apaches après

Nice, Apaches derrière bretons

Sous l’azure de Mallarmé

Prend fin cette compétition

Où d’aucuns célèbrent à nouveau

Le succès du fort sur le beau

Et avec la fin des assauts

D’un coup retombe la pression.

 

S’enfuit dès lors

L’animation.

Gaillards dehors,

Vannés au fond,

Douchant d’eau claire,

Pliant affaires,

Saluant nos pairs,

Nous repartons.

Le X

Le blog

Le Miladiou à Villefranche (22-23 Novembre 2008).

Miladiou 2008 : un podium et une bonne position

 

Le temps d’un week-end, les Apacheus sont tallés faire ung toureu du côté de Villeufrincheu deu Rouérgue poureu participer ô Miladiiou. Finies pollution, grisaille et Leader Price, bonjour jaunure (c’est l’automne, la verdure a tourné), grisaille et Hyper U!

Arrivés tandis que l’air fleurait bon la pleuvaille fraichement dégouttée, et après avoir bien profité des petites routes de campagne pour découvrir avec stupéfaction que les vaches du cru étaient de fort petite taille et possédaient en plus de deux petites pattes palmées deux ailes et un grand cou, les Apaches sont allés déguster leur pizza rituelle dans une petite auberge de la Bastide, à deux pas de la place Notre-Dame, au confluent exact d’une marche erratique et d’une faim imminente. La bruine imposait le couvre-feu dans les ruelles pavées de la cité médiévale et il flottait dans l’air comme un parfum de châtaigner fraichement taillé.

 

Chapitre 1 : Engagement, fureur, chute

Kptain, François et Le X formèrent la première escouade et s’engagèrent la tête la première dans le conflit, ce qui leur permit de remporter toutes ses rencontres jusqu’au soir.  Sans doute la salade de gésiers de la veille n’était-elle pas innocente dans ce succès. Huit batailles, huit victoires dont deux à l’arrachée, beaucoup de sueur et un coup de sang qui faillit coûter cher. Tard le soir, le champ de bataille résonnait encore des cris, du fracas des cannes qui se brisèrent et des casques qui tombèrent au sol.

Malgré un nouvel apport en pizzas et salades de la région, le dimanche ne réserva pas le même sort à l’équipe que le samedi. Faut-il y voir une accoutumance à l’énergie bénéfique de l’alimentation italienne ou le fait qu’ils avaient fini par atteindre l’élite des troupes adverses? Toujours est-il que malgré deux tournées générales de pizzas royales les forces des Apaches 1 vinrent à leur manquer et ils s’abîmèrent finalement les dents contre les divisions Pessacaises et Montpelliero-Ruthénoises.

            Même pas grave, même pas mal, l’équipe 1 arrive quand même sur le podium à la 3ème place.

         

 


 

Chapitre 2 : Lutte, détermination, sur le fil

La seconde équipe, emmenée par le capitaine di Mambo de la Forge Royale, comptait parmi ses membres Ben, Sélénia et le DJeff. Ce dernier avait déjà chauffé l’ambiance en entraînant dans un branle-bas effréné alliés et adversaires grâce à ses enceintes télescopiques et à son inénarrable sens du mouvement saccado-rythmique.

Forts de leur préparation, ils attaquèrent en adaptant stratégiquement leur groupe à leurs adversaires. Las, Sélénia n’avait pas pris de dessert la veille et Ben a dormi dans la même chambre que Jeff ! Les performances ne pouvaient ainsi pas être optimales et ce n’est que 50% des victoires qu’ils réussirent à remporter sur leurs assauts.

50/50, sans couper la poire du manichéisme en deux, l’équipe 2 arrive en 6ème position.


 


Chapitre 3 : Ouverture, promotion,

            C’est avec un immense honneur que les Apaches ont offert à l’Apache d’Honneur 2008, Ismaël, un de leurs tous nouveaux tee-shirts promotionnels, de même qu’ils en ont pratiquement donné un à un super-prix-d’ami-pas-cher-c’est-quasiment-cadeau à Thierry qui était tellement emballé par l’idée qu’il a fallu négocier pour qu’il veuille bien le payer au même tarif que tout le monde !

            Au passage, si soutenir notre équipe vous intéresse, ou si vous n’avez pas encore de t-shirt gris dans votre collection privée, n’hésitez pas à nous contacter pour acquérir un de ces fantastiques exemplaires dont nous avons le secret !

            Et histoire de bien commencer la saison et de vous faire découvrir un peu plus le monde des Apaches, Ben vous offre pas 1, pas 1.5, pas 1.61803399 mais 2, oui 2 vidéos d’un seul coup ! Pour les découvrir, cliquez sur les images ci-dessous.

                       

Le blog

Apaches, saison 2mille8.

Par Di Mambo 


La « pause estivale » a permis a certains d’entre nous de se ressourcer, et à d’autres de bosser comme des bisons en furie. Les membres de la légendaire équipe de Paname ne furent donc pas à armes égales face à la reprise 2008. Suite à des entraînements dirigés de main de fer par notre manitou technique, j’ai nommé le X, il nous aura fallu deux mois pour revenir à notre niveau physique et à une harmonisation complète du Team compétition. Nous serons donc fins prêts pour le grand pow-wow du Miladiou, première rencontre officielle en cette année du rat (aucun rapport avec le grand patron, rassurez-vous). A cette occasion, laissez moi vous rappeler quelques qualités humaines et « cannistiques » de mes cher(e)s compagnon(e)s d’aire.


El Ben  : il nous a offert tout au long de l’année, via ses réalisations vidéo « pêchues » et talentueuses, des rêves et des souvenirs fabuleux. C’est un Team Coach exceptionnel. Sur l’aire, ses capacités physiques et stratégiques n’ont d’égale que son espièglerie. Musachi français du XXIième siècle, il maîtrise en effet parfaitement la technique de l’encerclement spiral. Comme Géronimo, l’âme fougueuse des Apaches est ancrée dans son cœur.


Kptain : ce pro du graphisme, grand artiste-voyageur, est également un combattant hors-pair spécialiste des tricks. Toujours prêt a en découdre, il se sert de sa canne comme d’un pinceau ou d’une Kalachnikov, suivant son inspiration. Tireur d’élite à l’âme de gentilhomme (mais pas trop quand même). Attribut : plume d’aigle bleue.


François, dit « Francesco la Salamandre » : d’une culture g. incroyable, c’est un chercheur en curiosités tout azimut. Sur l’aire, d’une concentration et d’une efficacité qui en inquiète plus d’un. Calme comme le saule du Japon (les techniques de respiration n’ont plus de secrets pour lui), mais grand comme le séquoia d’Amérique, il est prêt à déraciner l’adversaire. Ne vous fiez surtout pas à son mode « basse conso ». Vous vous réveilleriez les batteries à plat…


D-Jay Eff : Golden Boy fonky et dandy, l’aîné de notre équipe est aussi un sportif multiple. Entre deux voyages d’affaire, ce diplomate de la canne nous fait toujours retrouver le nord, autour d’un verre comme au volant du bus qui nous ramène à Paname. En assaut, le jet-lag n’a pas d’effet sur lui : il traverse l’aire en deux foulées, envoie son attaque fulgurante et retombe toujours sur ses pattes. Messieurs (et Mesdames !), on vous aura prévenu.


Selenia, dite « Selenia la guerrière » : Faut-il ici rappeler ses valeureux titres de gloire ? Disons plutôt que notre spécialiste des pétroglyphes de l’ex-URSS possède également les qualités d’une future championne : têtue, efficace et stylée. Notre digne (et unique !) représentante féminine revient toute fraîche d’un voyage en Serbie/Montenegro avec Kptain : l’oxygène slave dans le sang, c’est comme de la nitro dans le moteur d’une Ferrari. Attention aux radars sur la route de la victoire.


Le X : dans la vie, un scientifique pointu qui fait quelque chose que je n’ai toujours pas compris tellement c’est compliqué. Sur l’aire, un technicien d’une richesse et d’une maîtrise impressionnante. Chacun des ses assauts est un bijou. Pédagogue talentueux, il enrichi son style –déjà très créatif- par des techniques glanées auprès des maîtres et dans les ouvrages rares. Le fin penseur de notre discipline s’attaque au fond comme à la forme, et ne risque pas de s’arrêter avant longtemps.


Di Mambo : il admire les couteliers du monde entier et poursuit des recherches sur l’art ashanti. Sur l’aire, on le dit bondissant (un peu trop ?!) et esthétique. Cet apache, nantais d’origine, était un peu trop « à l’ouest ». Après un retour aux fondamentaux, le revoilà sur terre pour défier -entre deux sourires- le gotha de la canne de combat.