fbpx

La canne chap-hop : quoi qu’est-ce ?

Canne chap-hop, ou battle de manipulations de canne de combat

La quoi ?

La canne chap-hop n’est pas une nouvelle sous-discipline officielle, non. C’est une pratique encore extrêmement cryptique puisqu’à ce jour une seule tentative de cette pratique a eu lieu AU MONDE, et c’était lors d’une démonstration de canne de combat au Salon Fantastique. Cette partie de la démo avait été à peine conceptualisée, j’avais réussi à convaincre Philippe quelques semaines auparavant de la faire avec moi et nous n’avons eu aucune occasion de la répéter. Nous ne connaissions pas le morceau sur lequel nous allions passer et nous ne savions même pas combien de temps cela allait durer. Bref, une démo à peu près normale.

Nous n’en savions pas plus lorsqu’est arrivé notre tour, nous sommes simplement rentrés, nous avons tâché de prendre rapidement le rythme du morceau du groupe Rétropolitain qui passait alors, et nous nous sommes lancés dans une battle de tricks (combat de manipulations, NDT) acharnée. Nous nous sommes bien amusés, et le public a apprécié.

Mais d’où vient-ce ?

Le terme « chap-hop » est emprunté à l’excellent Mr B, the gentleman Rhymer. Ou tout du moins c’est lui que j’ai entendu le premier prononcer ce terme. D’après wikipédia, il n’en est que l’un des contributeurs, avec le non moins excellent Professor Elemental.


Ces gentlemen manient le style hip-hop avec la nonchalance et la retenue des dandys britanniques. Dans leurs productions se mêlent flow saccadé et tasse de thé, scratching et tweed. Et voir Mr B et ses fameuses moustaches exécuter des pas de break dance en costume, ça m’a impressionné.

Cela nous mène implicitement à la deuxième inspiration : les battles de break dance au cours desquelles deux danseurs ou deux équipes s’affrontent sur une musique rythmée à coups de pas de danse et de figures enchaînées sur le rythme de la musique.

Ces « battles » nous conduisent finement à la 3e et dernière inspiration, car il s’agit de Slyde Lomalakane, que nous avions eu la chance de rencontrer il y a quelques années lorsque nous étions encore dans les locaux de la Garde Républicaine. Slyde a participé, entre autres, au festival Défipayette, qui est une rencontre de break dance dans laquelle il s’est défendu avec sa fidèle canne, qu’il manipule dans un style très « pantomime ».

A quoi ça rime ?

Toutes ces inspirations mélangées, en ajoutant évidemment un soupçon de canne telle que nous la pratiquons, cela a donné la canne chap-hop, dont le principe était d’enchaîner les manipulations (et éventuellement les attaques façon « shadow ») en musique pendant quelques dizaines de secondes avant de céder la place à son adversaire.

L’idée était de proposer une nouvelle fois une « variante », cette fois-ci une variante au spectacle de combat que nous proposions jusqu’à présent. Car qu’il s’agît de canne sportive, de canne de défense, de bâton ou de canne chausson, d’une manière ou d’une autre les deux opposants se tapaient dessus, et même la meilleure coopération du monde ne pouvait soustraire cet aspect belliqueux.

Avec la canne chap-hop au contraire, notre duel devenait figuratif et revenait à opposer non plus notre science technique du combat, mais notre dextérité et notre sens du rythme. Et, contrairement à toute attente (notamment au regard de notre temps de préparation en amont), cela a plutôt bien fonctionné si l’on en croit les bonnes critiques reçues de la part du public, en particulier au sujet de la « bonne ambiance » qui régnait entre nous, encouragés que nous étions par les autres démonstrateurs placés sur les côtés et qui acclamaient les réussites et encourageaient lors des lâchers de canne. Comme dans une battle ; mission accomplie. =)

Et après ?

Je pense que l’expérience sera retentée prochainement, notamment parce que Philippe et moi nous sommes bien amusés et que cette alternative propose beaucoup de possibilités. Évidemment cela demande de travailler les manipulations et surtout l’enchaînement de manipulations, d’avoir un peu le sens du rythme et surtout de ne pas avoir peur du ridicule. Car autant dans un assaut ou un échange à 2, l’attention du public est retenue par l’ensemble, autant dans ce genre de prestation on est immédiatement propulsé au centre de l’attention des spectateurs.

Les démonstrations : un objectif plus qu’un simple outil…

Salut collectif de canne de combat lors du Salon Fantastique 2014

Pourquoi cet article ?

Notre récente prestation au Salon Fantastique m’a remis en tête cette discussion que nous avons avec Julien depuis quelques temps sur les raisons de nos pratiques et les possibilités d’expérience « HL » (« High Level », par analogie avec les MMORPG) une fois les attaques de bases apprises et les principes de jeu compris.

Chacun sa pratique

Il est même courant dans les clubs, en canne de combat comme dans d’autres activités (boxe française, escrime…), d’opposer systématiquement la pratique « loisir », qui se borne principalement à l’entretien de son tonus musculaire et qui rime en général avec « dilettantisme » et la pratique « compétition » qui demande un investissement particulier et un entretien physique plus intense.

Or j’observe depuis quelques temps, et je sais que je ne suis pas le seul, que certes l’intérêt pour la compétition n’est pas partagé par tous nos pratiquants, ce que je comprends, mais que cela n’empêche pas les pratiquants de se donner à fond, de réclamer de la sueur et des efforts, même s’ils n’ont pas un objectif d’opposition derrière. Certains pratiquants m’ont d’emblée informé que la compétition n’était pas pour eux.

J’ai également noté le désintérêt progressif de certains compétiteurs, moi le premier, pour la compétition pour diverses raisons (douleurs, dégoût de la subjectivité arbitrale, rapport effort/récompense injustifié) et qui se demandent si leur voie de garage réside dans l’enseignement ou s’il ne leur faut pas arrêter de pratiquer et passer à autre chose.

J’appellerai donc « objectif de pratique » la raison pour laquelle un adhérent vient régulièrement pratiquer en club, qu’il s’agisse d’entretien personnel, de participation à des compétitions ou de préparation aux démonstrations.

Qu’est-ce qu’une démonstration en canne de combat ?

Ce qui a probablement attiré la plupart d’entre nous et qui nous est rappelé régulièrement par des néophytes qui découvrent notre discipline, c’est que la canne sportive est « spectaculaire », pour ne pas dire directement « démonstrative ». Amplitude des actions offensives, déplacements dans un plan et non en ligne, sauts, changements de main autorisés, tout ceci concourt à cette démonstrativité et je pense que personne ne me contredira. On retrouve d’ailleurs cet aspect spectaculaire en double canne, en bâton, etc. On la retrouve aussi dans certaines rencontres à dominante esthétique forte comme la Coupe de Style.

Dès que j’ai commencé la canne – à l’ASCA – la notion de démonstration était bel et bien présente : à chaque forum des associations, nuit des arts martiaux ou tout autre événement de ce genre, nous présentions nos disciplines sous des formes plus ou moins chorégraphiées. Certaines scènes ne faisaient intervenir que des assauts, d’autres que de la manipulation, etc…

En plus de son côté spectaculaire intrinsèque, notre pratique possède un univers imaginaire riche : Arsène Lupin, Sherlock Holmes, Les Brigades du Tigre, Star Wars, plus récemment le steampunk. Cela rejoint d’ailleurs l’escrime qui possède un folklore riche exploité par la pratique spécifique qu’est l’escrime artistique.

Si l’attrait principal reste, de l’avis des intéressés, de partager un bon moment ensemble, cette pratique demande néanmoins une certaine préparation. Préparation technique dans un premier temps, car il s’agit tout de même d’un spectacle que l’on va offrir à un public et dans ce sens, il faut tâcher d’en montrer le meilleur. Pas question à ce moment de montrer deux compétiteurs qui vont s’avoiner bêtement tous les deux la jambe arrière une fois fendus. Il faut de la classe, il faut du spectacle, il faut attirer l’attention du spectateur et la retenir.

La démonstration demande également une certaine préparation physique. Certaines démos durent plusieurs minutes et il faut souvent les recommencer plusieurs fois dans une journée, parfois sur plusieurs jours. Comme une compétition. Il faut donc veiller à ce que les démonstrateurs aient une notion de gestion de leur fatigue et qu’ils puissent donner le meilleur sur la plus longue durée possible.

Un autre point particulièrement positif est, à mon sens, la coopération entre les pratiquants. Contrairement à la compétition, à la fin il n’en restera pas qu’un seul, mais il ne restera qu’une seule impression du public. Il faut donc que tous et toutes contribuent à ce que cette image soit la meilleure possible. L’entraide et la collaboration sont de mises : on se prête des éléments de costume, on se donne rendez-vous pour répéter en-dehors des créneaux d’entraînement, en cas de lâcher de canne on meuble pour laisser le temps à l’autre de retrouver son arme, on adapte son niveau pour ne pas tétaniser son partenaire. Au final, les liens entre les pratiquants du club se trouvent resserrés d’avoir ensemble vécu cet événement.

Enfin, en plus de se costumer qui renforce la dimension « travail de l’imaginaire » à la démonstration, celle-ci permet à des pratiques (encore) plus confidentielles que la canne sportive d’être mises en avant : bâton et canne de défense bien sûr, mais aussi d’autres disciplines peu pratiquées (double canne, canne chausson), voire créées ex nihilo (canne-poeira, canne chap-hop), pour le plus grand bonheur des spectateurs, mais aussi des pratiquants. Car lorsque les démonstrateurs s’amusent pendant leur performance, cela se voit et se transmet au public.

Le tableau

Comme j’aime bien les tableaux, je vais tâcher de synthétiser les différents aspects, positifs et négatifs, de la démonstration dans un tableau récapitulatif.

Les + Les –
  • permet de tester et travailler de nouvelles choses (1 vs 4, canne chap-hop, rencontre entre armes différentes : canne vs bâton, canne de défense vs double canne…)
  • soude les pratiquants car tous coopèrent dans le but de proposer une belle démonstration au public
  • permet de se costumer et d’incarner des personnages le temps de la démo
  • en général ne demande pas un déplacement sur de longues distances
  • contribue à la promotion de la discipline auprès d’un public spécifique (celui qui s’est déplacé pour l’événement)
  • donne aux pratiquants un objectif alternatif à la pratique compétitive
  • demande une préparation adéquate, des répétitions et une organisation spécifique pour faire en sorte que tout le monde ait un rôle, que tous puissent répéter avec leur(s) partenaire(s)
  • peut nécessiter l’achat de matériel spécifique (armes, costumes…)
  • il faut apprécier être regardé par du public

Nos démonstrations

Voici ce que nous avons l’habitude de proposer dans nos démonstrations de canne de combat (où le terme « canne de combat » regroupe toutes les disciplines de notre pratique), avec un petit descriptif à chaque fois, sachant que de nombreuses variantes existent bien évidemment.

  • la canne sportive ; soit en assaut libre pour montrer ce à quoi la pratique ressemble (quitte même à ajouter un arbitre), soit un assaut décomposé en phases (3 ou 4) : esquives, parades, manipulations, parades-ripostes à tour de rôle…
  • la canne de défense ; elle parle à ceux qui recherchent l’efficacité. Le mieux est d’alterner entre un duel à la canne (prévoir des protections pour les mains et pour la tête) et des clés, qui impressionneront les spectateurs.
  • le bâton ; échange libre sans ou avec phases (attaques vs esquives pendant 15″, parades/ripostes à tour de rôle pendant 15″, attaques vs manipulations pendant 30″…).
  • la double canne ; difficile à ne pas rendre brouillonne, il vaut mieux décomposer le match en phases (attaques VS parades pendant 20″, attaques vs parades + contre-attaques pendant 20″, etc.) et travailler en coopération.
  • la canne- ou le bâton-poeira ; le concept est issu de la capoeira (d’où le nom) : les deux tireurs ne font qu’esquiver et riposter à tour de rôle. Exercice assez difficile car très physique. Il faut aussi pour donner du rythme penser à ré-armer pendant l’esquive de façon à riposter dès que possible. Attention : quand les deux pratiquants sont des pratiquantes, cela a été pris par des spectateurs comme le cliché « ce sont des filles donc elles ne se touchent pas ».
  • la canne chap-hop ; principe à la rencontre des battles de break-dance et du style de hip-hop pour gentleman représenté, entre autres, par Mr B, the gentleman Rhymer.
  • le « héros contre les méchants » ; un des pratiquants possède le rôle de « gentil » et affronte à tour de rôle 3 ou 4 autres adversaires, dits « méchants ». Le but est de montrer comment se placer, mettre un peu de dynamique dans les démonstrations. Il faut que les « méchants » jouent bien leur rôle et tombent au premier coup. Pour faciliter la lisibilité, les « méchants » peuvent pratiquer la canne sportive et le « gentil » la canne de défense.
  • la roda ; encore un principe issu de la capoeira : tous les pratiquants forment un cercle et deux d’entre eux se défient et s’affrontent dans le cercle pendant quelques secondes/minutes, puis reprennent leur place dans le cercle, deux autres rentrent, etc.

Séance de préparation en costume pour le Salon Fantastique

Canne de combat à vapeur dans le cadre d'une animation steampunk au Salon FantastiqueCréation graphique par Mathieu Coudray

Notre préparation pour le Salon Fantastique continue, mais cette fois en costumes. Deux factions vont s’affronter : les Lateral’s Creed d’un côté, bourgeois pas forcément très clairs dont les activités les amènent régulièrement dans les bas-fonds pour s’y défouler, et les Steam Apaches de l’autre, bande de voyous qui ne demandent qu’à vivre tranquillement de leurs petits larcins et autres trafics.

Canne de combat - canne de spectacle, préparation pour le Salon Fantastique 2014 Canne de combat - canne de spectacle, préparation pour le Salon Fantastique 2014 Canne de combat - canne de spectacle, préparation pour le Salon Fantastique 2014

Parmi tout ce que nous comptons présenter, et que nous pourrions nommer « Canne de spectacle », se retrouvent pêle-mêle canne de combat évidemment (les Lateral’s entre eux se défient suivant les règles de cet art), canne de défense lorsqu’il s’agit de passer aux choses sérieuses, canne chausson pour en envoyer plein la vue, double canne pour tenir en respect plusieurs adversaires, du bâton pour prendre de la distance, le tout dans une ambiance d’un Paris Steampunk. Plus qu’une semaine d’entraînement et de répétitions et nous serons fin prêts pour le Salon Fantastique.

Canne de combat - canne de spectacle, préparation pour le Salon Fantastique 2014 Canne de combat - canne de spectacle, préparation pour le Salon Fantastique 2014 Canne de combat - canne de spectacle, préparation pour le Salon Fantastique 2014 Canne de combat - canne de spectacle, préparation pour le Salon Fantastique 2014

Les costumes restent encore à peaufiner. Il reste quelques pièces à ajouter, quelques chaînes à lustrer et des chaussures à cirer, mais nous sommes pour une fois bien préparés pour l’événement.
Merci enfin à Hellion pour toutes ces photos !

Canne de combat steampunk au Salon Fantastique

Canne de combat à vapeur dans le cadre d'une animation steampunk au Salon Fantastique(Création graphique par Coudray Mathieu)

Les 17 et 18 mai derniers, nous étions invités à participer à animer un stand steampunk à Geekopolis, où nous avions déjà proposé une prestation de canne de combat avec démonstrations et initiations devant le public venu nombreux pour cet événement. Eh bien du 31 octobre au 2 novembre, nous serons au Salon Fantastique, porte de Champerret grâce à l’invitation de Orkan Von Deck de l’association French Steampunk !

Nous préparons des costumes encore plus travaillés qu’à Geekopolis, une équipe plus nombreuse et survoltée et des démonstrations toujours plus riches : canne de combat, canne de démonstration, canne de défense, bâton, double canne, canne chausson et des surprises !
Sauf changement, notre programme des 3 jours devrait être le suivant :

  • vendredi 31 : de 17h30 à 18h30, démonstrations et initiations sur la scène centrale
  • samedi 1er : de 17h30 à 18h30, petites démonstrations de 1 min toutes les 5 minutes au cours d’un quizz organisé sur la scène centrale
  • dimanche 2 : de 14h à 16h, initiations dans une salle réservée à cet effet

Et bien entendu le reste du temps vous nous croiserez dans les allées du salon, en costumes évidemment.

Profitez-en, si vous réservez vos billets maintenant, l’entrée sera gratuite. Sur place ce sera 5,00 €.

Cours en juillet – ça continue en extérieur !

Cours de canne de combat en extérieur.

 

Les cours ne s’arrêtent pas pendant les vacances (et puis quoi encore ?). Voici un planning du mois de Juillet :

 

DATE HORAIRE LIEU
Mardi 1er Juillet à partir de 20h Devant la salle Lucien Gaudin
Jeudi 3 à partir de 19h30 Devant la salle Lucien Gaudin
Samedi 5 à partir de 12h Devant la salle Lucien Gaudin
Mardi 8 à partir de 20h Devant la salle Lucien Gaudin
Jeudi 10 à partir de 19h30 Devant la salle Lucien Gaudin
Samedi 12 à partir de 12h Devant la salle Lucien Gaudin
Mardi 15 à partir de 20h Derrière le Château de Vincennes (rdv à l’entrée du Château)
Jeudi 17 à partir de 20h Dans le jardin de Reuilly (M8 Montgallet ou M6 Dugommier)
Samedi 19 à partir de 12h Dans le jardin de Reuilly (M8 Montgallet ou M6 Dugommier)
Mardi 22 à partir de 20h Jardin de Reuilly (M8 Montgallet ou M6 Dugommier), rdv devant le gymnase de Reuilly
Jeudi 24 à partir de 19h30 Jardin de Reuilly (M8 Montgallet ou M6 Dugommier), rdv devant le gymnase de Reuilly
Samedi 26 à partir de 12h Jardin de Reuilly (M8 Montgallet ou M6 Dugommier), rdv devant le gymnase de Reuilly
Mardi 29 à partir de 20h Devant la salle Lucien Gaudin
Jeudi 31 à partir de 19h30 Devant la salle Lucien Gaudin

 

Schola Martis n’arrête pas non plus ses cours donc si vous souhaitez continuer à pratiquer ou découvrir la canne de défense, ça se passera le mardi soir à Vincennes (rendez-vous Porte de Vincennes).

 

Les cours sont ouverts à toutes et à tous, de tous niveaux et de tous âges. N’hésitez pas à nous contacter (via le formulaire de contact de notre site) pour plus de renseignements. En général nous terminerons les séances par un pique-nique dans l’herbe ou au bord de la Seine, donc pensez à apporter de quoi grignoter/boire/partager avec vous en plus de votre matériel.

 

Bon été sportif !

 

17-18 mai – Geekopolis : Put a canne on…

Geekopolis - Julien VS Kévin

Comme annoncé lors d’un précédent article, les cannistes parisiens étaient conviés les 17 et 18 mai derniers à présenter la canne de combat dans l’univers Steampunk de Geekopolis. Vêtus de haut-de-forme, chemises victoriennes et autres corsets, ils étaient cinq à promouvoir la canne de combat par le biais de démonstrations et initiations.

 

5 tireurs, 4 démonstrations.

 

Plongés au cœur des rouages, entre la reconstitution du Nautilus et des stands inspirés de l’imaginaire victorien, les cannistes des Apaches de Paname, Canne et Dragon et Schola Martis ont vaillamment combattu sous les acclamations du public (ou plutôt, leurs cris de compassion devant les clés de canne de défense). Par l’intermédiaire de combats en duo, les tireurs ont ainsi pu présenter les différentes facettes du sport : canne sportive (Laura D. VS Kévin L), canne chausson (Kévin L. VS Julien F.), double canne (Julien F. VS Xavier L.) et canne de défense (Xavier L. VS Maël V.).

 

Aux suites de ces démonstrations, le public était invité à rejoindre l’aire de combat pour une initiation de vingt minutes à la canne sportive et de défense : une initiative accueillie chaleureusement par les concernés, dont certains se sont montrés vivement intéressés par les cours en semaine.

 

Et parce qu’on est des VIPs, on a aussi notre podcast sur le net !

 

Le salon de Geekopolis a aussi été l’occasion de rencontrer l’équipe d’Amicalement Geek (http://www.agencetousgeeks.com/). Leur site propose régulièrement des podcasts sur ce qui entoure l’univers Geek, et a proposé aux tireurs de parler de la canne. Julien, pratiquant la canne sportive et Maël, spécialiste de la canne de défense (et des clés inhumaines), ont alors représenté le groupe pour promouvoir la canne sur Internet. Le podcast, assez court (environ 10 minutes), devrait être en ligne sous peu.

 

Lors de ce week-end quelque peu éreintant mais fort sympathique, les cannistes ont pu fièrement promouvoir leur sport, auprès d’une communauté plutôt intéressée par ce sport. Mais rendons à César ce qui lui appartient : tout ce week-end n’aurait pu être possible sans la sympathique Steam Rocket (https://www.facebook.com/SteamRocket). L’association steampunk a été à l’origine de notre invitation sur place, et nous a généreusement accueilli et nourri pendant ces deux jours : encore merci à eux pour leur bonne humeur et leur invitation !

Geekopolis - toute l'équipe (et Utelo)

17-18 mai : les Apaches à Geekopolis

Les Apaches de Paname au salon Geekopolis.

Nous avons été récemment sollicités par Utelo, membre très actif de l’association Steam Rocket, en charge de l’organisation de l’univers Steampunk du salon « Geekopolis » qui se tiendra les 17 et 18 mai 2014 Porte de Versailles, afin de proposer de petites animations de canne de combat en costumes. C’est évidemment avec joie que nous avons accepté cette proposition alléchante et rafraîchissante, et qui permettra, nous l’espérons de faire connaître nos disciplines.

 

Nos interventions se dérouleront en 2 phases : une phase de démonstration d’une durée d’une dizaine de minutes où nous présenterons la canne sportive et la canne de défense, puis une phase d’initiation dans le temps restant pour que les plus téméraires et motivés puissent essayer les différentes approches.

Horaires de nos animations :

    samedi

  • 13h30 – 14h00
  • 16h00 – 16h30

    dimanche

  • 13h00 – 13h30
  • 17h00 – 17h30

Plus d’infos à venir !

Discussion sur la structuration de la Canne

Cette réflexion est née d’une discussion dans le groupe Facebook dédié à la canne. Nous échangions sur la nécessité de regrouper sous l’égide d’une même structure administrative les différentes disciplines qui se pratiquent aujourd’hui et qui ont pour dénominateur commun la même volonté d’appartenance à l’appellation « canne de combat ».

Cette volonté de permettre à toutes les disciplines d’exister à la fois indépendamment les unes des autres et en même temps en partageant un socle commun et en proposant des passerelles entre chaque m’a fait réfléchir aux interdépendances qui existent entre ces disciplines. J’ai commencé par supposer qu’il n’existait que trois grandes familles de pratiques. Peut-être dans les faits en existe-t-il davantage et faudra-t-il adapter les réflexions ci-dessous en fonction, mais ces trois grands ensembles m’ont l’air de répondre à toutes les disciplines qui ont cours, au moins à l’heure à laquelle j’écris ces lignes. Les trois définitions ci-dessous ne sont pas officielles et n’engagent que moi.

  • Canne de défense : activité consistant à apprendre à se défendre efficacement au moyen d’une canne. L’objectif est est de neutraliser un ou plusieurs agresseurs ;
  • Canne sportive : activité de rencontre codifiée sous forme de matches entre deux tireurs. Son objectif est l’opposition (qu’il s’agisse d’assauts sans enjeu ou d’assauts lors d’une compétition) ;
  • Canne de spectacle : activité regroupant plusieurs pratiques. Elle peut consister à développer un univers imaginaire (Star Wars, steampunk…), à promouvoir une pratique (dans le cas d’une démonstration) ou à autoriser ce qu’un contexte plus restrictif ne permet pas (des enlevés en flanc par exemple) ;

IMPORTANT : Les schémas présentés ci-dessous n’ont pas pour prétention d’être exhaustifs ou de donner une image exacte du monde. Il s’agit de modèles conçus dans un souci de clarté. Ils pourront être modifiés au gré des discussions et des réflexions sur le sujet.

Structure de la pratique de la canne Première structure : chaque pratique existe individuellement et possède des caractéristiques propres que l’on ne retrouve pas dans les autres disciplines. Entre autres exemples : l’efficacité en canne de défense, un règlement en canne sportive, des chorégraphies en canne de spectacle. De plus il existe des points communs aux disciplines deux à deux : l’esthétique du spectacle et de la sportive, l’ouverture de la défense et du spectacle, l’exigence technique de la sportive et de la défense. Enfin il existe des points communs aux trois approches : la manipulation d’une canne, le combat…
Structure de la pratique de la canne Deuxième structure : le tout-inclusif. La canne sportive est le sous-ensemble le plus interne car il est le plus restrictif : un règlement strict, des protocoles de rencontres. Au-dessus se trouve la canne de spectacle ; plus de libertés dans la pratique, mais des contraintes liées au respect d’un thème et de l’aspect extérieur de la pratique (en particulier si elle est tournée vers un public). Enfin la canne de défense englobe tout : pas de contrainte, on a la capacité de tout utiliser.
Structure de la pratique de la canne Troisième structure : un mélange entre les deux premiers. La canne sportive est incluse totalement dans la canne de spectacle car il est possible en canne de spectacle d’utiliser des offensives qui n’existent pas dans le règlement de canne sportive, mais il est également envisageable que des compétitions de canne de spectacle aient lieu. De plus la canne sportive recoupe un peu la canne de défense : il est actuellement envisagé que certaines techniques de canne de défense puissent être utilisées lors de rencontres compétitives.

Où caser des pratiques telles que le bâton, la double canne, la canne chausson ? Je dirais que cela dépend, au même titre que la canne, de l’intention derrière la pratique. Est-ce du bâton de compétition ? Dans ce cas dans la partie « sportive ». Est-ce de la canne chausson uniquement destinée au beau geste ? Dans ce cas dans la partie « spectacle ». Est-ce de la double canne efficace ? Dans ce cas dans la partie « défense ». Il va de soi que les dénominations (mal) choisies laissent entendre qu’il ne s’agit que de canne, mais il n’en est rien. Cette dénomination quelque peu discriminatoire est uniquement due à la discussion initiale qui traitait de « canne » dans un sens large, mais qui incluait implicitement tout comme c’est le cas ici toutes les disciplines.

 

1er juin – vidéo du Gala des Arts Martiaux…

Démonstration de canne de combat pour le Gala des Arts Martiaux de Sceaux.
Tout l’équipe au grand complet

Le club de Sceaux (l’ASCB) nous a conviés au gala annuel des Arts Martiaux de leur municipalité. C’est évidemment avec plaisir que les Apaches et Canne & Dragons ont accepté cette proposition.

Nous avons pu montrer de la canne de spectacle, de la canne pratiquée par des enfants, par des adolescents, de la canne sportive, de la double canne et du bâton!

Démonstration lors de la Nuit du Sport Val-de-Marnaise

Le 28 janvier 2013 avait lieu à Chevilly-Larue (94) une cérémonie de remise de récompenses par le Comité Départemental Olympique et Sportif du Val-de-Marne aux sportifs et sportives de l’année. Pour l’occasion, les organisateurs avait choisi un thème festif : les années folles.
Guillaume COLNOT, l’un des organisateurs, nous a donc sollicités pour venir présenter notre discipline dans le cadre de cette soirée, de même que plusieurs autres associations, pour animer la soirée. Les animations ont eu lieu entre deux remises de récompenses ou discours, devant un public attentif de 300 personnes rassemblées pour l’occasion dans le Théâtre André Malraux de Chevilly.

2013.01.28 - Démo CDOS 94 - 06
Préparation des costumes dans la loge

Nous nous étions bien préparés pour cette Nuit du Sport val-de-marnaise et ce sont donc 5 démonstrateurs motivés des Apaches de Paname et de Canne & Dragons qui sont montés sur les planches pour une démonstration d’une dizaine de minutes. La voici ci-dessous, rien que pour vos yeux :

Nous avons décidé de proposer une évolution temporelle de la canne au cours de notre démonstration. Nous avons donc commencé à l’époque des premiers traités de canne : 1840. Nous aurions pu commencer plus tôt, mais le temps (et probablement les costumes) nous aurait fait défaut. La première séquence est donc une leçon d’escrime et de canne dans une salle d’armes du milieu du XIXème siècle. Pour l’anecdote, la leçon en elle-même existe vraiment, mais elle est plus tardive puisqu’elle a été trouvée dans le livre d’Emile André  » Manuel de Boxe et de Canne » de 1904.

2013.01.28 - Démo CDOS 94 - 04
Loïc prêt pour une leçon de canne du XIXème.

Nous avons ensuite sauté vers 1890 avec un thème un peu plus léger et moins historique : le passage du « galant » qui tente de séduire la dame à l’ombrelle. Pas très réaliste, certes, mais plus amusant.

Nous avons ensuite décidé de présenter ce à quoi pouvait ressembler des exercices au Bataillon de Joinville en 1930. Les bâtons sont un peu courts et le répétition l’a été également mais les deux protagonistes (Laurent et Loïc) s’en sont très bien tiré.

Enfin, nous avons terminé sur un assaut de canne sportive pour achever l’évolution jusqu’à l’époque moderne. Nous avons fait le choix de la tenue légère pour permettre aux tireurs (Sélénia et Archo) plus de fluidité et une meilleure lisibilité du public, le tout sur un thème sonore très dynamique (Justice, Phantom pt 2).

2013.01.28 - Démo CDOS 94 - 16
L’équipe en costumes au buffet de fin.