Actualités

Séances de juillet 2015

Les cours en gymnase se terminent, mais la saison ne s’arrête pas pour autant !

Nous nous retrouverons donc pendant tout ce mois de juillet sur les quais de Seine (le quai Saint-Bernard pour être précis), juste derrière Jussieu, les mardis et jeudis soirs à partir de 20h. Rendez-vous à proximité de la salle Lucien Gaudin, nous bougerons peut-être pendant la séance à un autre endroit du quai suivant le nombre et la disponibilité des lieux.


Pensez à prendre votre équipement (masque, canne, gants, protège-tibias) ainsi qu’une bouteille d’eau et un pique-nique avec lequel nous terminerons chaque séance !

Ils possible que nous organisions des séances spéciales et ponctuelles le week-end (piscine, Gournay…). Si vous voulez en être informé(e), consultez notre page Facebook.

On reparlera fin juillet du planning du mois d’août.

Actualités

Geekopolis 2015

Geekopolis 2015 - la canne de combat dans la Cité des Geeks, avec Apaches de Paname et Canne et Dragons

 

Geekopolis se décrit comme un salon des cultures de l’Imaginaire. Il accueille depuis maintenant 3 ans plus de 10000 personnes chaque année dans les couloirs de ses 5 univers : Avalon (Medieval-Fantastique), Nautilus (Steampunk), Metropolis (Science-Fiction), Little Tokyo (Mangas) et Teklab (Hi-tech). L’année dernière, nous y avons été invités par la Steam Rocket mais cette année, nous y étions en tant qu’intervenants à part entière dans l’enclave Steampunk, mais néanmoins en bonne compagnie puisque nos amis de French Steampunk étaient présents ainsi que l’Amiral Skye de l’Echo Vaporiste.

 

Pour l’occasion, les 10 démonstrateurs des Apaches de Paname et de Canne & Dragons (Amélie, Laura, Julien, Thibault, William, Philippe, Kévin, Maxime, Zippo et moi-même) avions préparé des démonstrations de canne de combat, canne de défense, double canne, bâton et canne chausson pour en mettre le plus possible plein la vue des spectateurs. Nous avons donc organisé des séances d’entraînements spécifiques (manipulation, répétitions par duos dans l’arme choisie, intégration des lâchers de canne/bâton intempestifs…) afin de préparer au mieux toute l’équipe.

 

L’autre partie importante résidait dans les costumes. Notre fournisseur officieux reste depuis quelques années Kilo-Shop dont les rayons de fripes alimentent régulièrement nos garde-robes, qui en gilets, qui en casquettes, qui en pantalons droits pour des coûts relativement modiques. Peut-être un jour leur demanderons-nous d’officialiser ce partenariat.

 

Et une fois les costumes sur le dos et les répétitions dans les pattes, il n’a plus resté qu’à mettre tout ça ensemble en musique sous les yeux des spectateurs de l’Arène Moriarty.

 

 

Et côté interventions, nous avons été gâtés puisque nous avons été programmés deux fois une heure le samedi et la même chose le dimanche, ce qui nous a permis de découper chaque intervention en 2 démonstrations de 10 minutes, chacune suivie de 20 minutes d’initiations, soit au total 8 démos et 8 initiations de 6 personnes à chaque fois, de quoi bien occuper et bien fatiguer nos démonstrateurs.

 

L’expérience a une nouvelle fois été très sympathique puisque cela permet, comme je l’ai décrit dans un précédent article, à des non-compétiteurs de fixer des objectifs à leur pratique, constituant ainsi une autre voie que la compétition. Très bonne ambiance également dans le festival, mais cela était déjà le cas l’année passée, en revanche beaucoup de personnes intéressées avec qui nous avons pu discuter, échanger, refaire le monde, imaginer des nouvelles vidéos ou des nouveaux costumes.

 

Vous connaissez mon intérêt particulier pour les tableaux, en voici un qui résume les points positifs et négatifs/à améliorer de notre organisation pour ce festival, en espérant que cela puisse contribuer à vous donner des idées pour les vôtres, ou que cela permette d’échanger les expériences de démonstrateurs.

Les PLUS Les MOINS
  • Nombreux contacts, pour des costumes, des vidéos, des photos…
  • Prospectus bien accueillis, nous en avons même manqué (plus de 200 distribués) !
  • Reconnus dans les allées de Geekopolis, notre renommée est faite !
  • Combats avec masques appréciés : de la canne de combat, avec un arbitre qui intervient 2-3 fois pendant la reprise et des protections, ce que nous savons faire le mieux en somme.
  • Arène bien placée : en face du bar, juste à côté d’une zone de repos avec fauteuils et canapés, l’idéal
  • Musique : ça attire l’attention, ça dynamise, c’est essentiel. Le mieux est même d’avoir effectué quelques filages avec auparavant pour fluidifier les transitions et éviter les temps morts.
  • Initiations au micro (bien audibles) : quasi-obligatoire dans un salon avec autant de monde, sinon c’est perte de voix assurée au bout de la 2e minute.
  • Les lancers, comme par exemple le lancer de bâton que nous avons pu faire, rendent bien.
  • Occuper l’arène 10’ avant la démo : ça focalise le public et ça lui permet de savoir qu’il va se passer quelque chose. Meubler avec des manipulations ou des petits échanges tranquilles.
  • Finir avec un assaut de canne de combat, notre discipline, après avoir agencé un crescendo de pratiques de plus en plus dynamiques : canne – canne chausson – double canne – bâton rapide – canne de combat.
  • Il faudrait pouvoir annoncer la démo quelques minutes avant qu’elle ait lieu (en passant dans les allées par exemple) et annoncer les différentes parties de la démo, que le public sache ce qu’il regarde : canne de combat, bâton, double canne…
  • Pour l’organisation pré-démo, il faut un responsable par poste (musique, costumes) pour éviter les incertitudes.
  • Rendre les transitions plus percutantes. Il faut aussi exactement savoir : qui sort, qui entre, et avec quelle arme.
  • Plus de prospectus !
  • Pas assez de jeu de scène : jouer un personnage, avoir quelques répliques. Il faudrait travailler l’argot pour les apaches.
  • Intégrer dans les échanges 2 ou 3 séquences chorégraphiées destinées à impressionner (encore plus) le public.
  • Se caler davantage sur la musique (notamment quand des percussions très audibles font monter la pression du combat).
  • Demander un stand la prochaine fois, pour pouvoir y disposer des prospectus,
  • Astuces costumes (merci Ophélie): pour les « rupins », utiliser des couleurs de riches (ivoire, or) et pour les pauvres, des couleurs plus sales (gris, marron). Et trouver des codes couleurs qui permettent d’identifier instantanément le camp de chaque personnage. Penser au couteau pour chaque apache.

 

Enfin nous ne terminerons pas cet article sans vous donner le lien vers notre galerie de photos Flickr (merci au passage à William D. pour les photos) :

Accès à la Galerie GEEKOPOLIS 2015

Actualités

Stage des Lames sur Seine

J’ai été invité ce week-end au stage annuel des Lames sur Seine pour animer des modules « canne » dans une optique historico-théâtrale. Etaient également présent Me Olivier Patrouix-Gracia pour l’escrime médiévale et bien entendu Me Michel Olivier, à la fois grand organisateur et intervenant sur le thème du combat à la rapière.

Ce fut un plaisir d’encadrer tous ces stagiaires passionnés qui ne demandent qu’à découvrir des nouveautés auxquelles donner vie dans des duels pleins de rebondissements. Merci à tous pour votre implication !

MODULE 1 : Cours collectif de canne

  • Présentation de l’arme, sans rentrer dans le détail des armés mais en demandant des trajectoires circulaires ou semi-circulaires et surtout de travailler en amplitude
  • par 2, attaques circulaires à tdr
  • idem, 3 attaques chacun
  • idem, enchaînement et reprise de main
  • idem, en changeant de main à chaque fois
  • idem, avec 1 manipulation avant de changer le rôle
  • idem, esquives
  • idem, esquives à tour de rôle (« canne-poeira »)
  • assauts libres (mais néanmoins contrôlés) en incluant TOUT

MODULE 2 : méthodes de combat « apaches »

  • le couteau/surin/eustache/22, arme des apaches par excellence. Couper et être couper, petits gestes, le sentiment désagréable de ne rien pouvoir faire à courte distance
  • tenir le couteau à distance avec une canne : repousser un adversaire, frapper les cibles avancées,
  • les coups foireux (lames dans la casquette à la « Peaky Blinders« , bracelets cloutés à la Jean-Jacques Liabeuf)
  • arrêt sur le fameux « coup du père François« , la mise en pratique (avec modération) et les défensives que propose Emile André
  • armes plus lourdes (batte, barre de fer), éviter leurs assauts dévastateurs et riposter avec une arme légère : la canne
  • 30 minutes de préparation d’une chorégraphie (le coup du Père François a suscité un engouement particulier =)

MODULE 3 : Pieds, poings et canne

  • approche poings : directs, crochets, uppercuts, coup de poing marteau et défensives (merci à Bruno et Jean-Luc pour leurs précisions)
  • approche pieds : chassés, fouettés, revers et le fameux coup de pied bas, bien entendu avec leurs défensives
  • petit mélange pour s’amuser : l’un combat avec les poings, l’autre avec les pieds, et le tout avec légereté, pour éviter tout accident
  • 3e distance : la canne, comment tout mixer et se repositionner à distance pour chaque arme pour obtenir un combat « réaliste »

MODULE 4 : combat de gentilhommes, duels de canne

  • armés amples, lents mais puissants
  • armés courts, légers mais rapides
  • mélange des deux, comment casser la distance ou reprendre la main
  • clés, désarmements, comment broyer les articulations ou rendre un agresseur plus coopératif
Actualités

Pour Charlie

Pour les journalistes de Charlie Hebdo, pour les policiers tués dans l’exercice de leur fonction, pour leurs familles, et parce que nous nous battons tous avec les armes que nous savons manier, aussi dérisoires soient-elles.

Pour Charlie

Actualités

Le Parisien parle de Sélénia dans ses colonnes

Un article dans le quotidien Le Parisien

Nous avons accueilli il y a peu le journaliste Julien Lesage lors d’un entraînement au gymnase Lavoisier. Celui-ci s’est entretenu avec Sélénia car il désirait rédiger un article sur elle après son deuxième titre de Championne du Monde. Il rédige en effet une « chronique » (en fait le terme exact dans la presse papier semble être « série ») de 5 articles sur les Champions et Championnes du Monde inconnus, et cela tombait bien, la canne de combat n’est pas (encore) sport national.

L’article est paru le 23 décembre dans le quotidien francilien, vous pourrez le retrouver également en suivant le lien ci-dessous directement sur le site du Parisien. Le titre est un condensé de clichés mais l’article est plutôt fourni.

Article du Parisien : Sélénia, cette championne du monde inconnue de canne de combat

Lien vers l’article

Actualités

Scoop : la canne sur BeIN Sports, une invitée…

Canne de combat, BeIN Sports, Vincent Parisi et Anouchka Delon

Mardi dernier (le 9 décembre, donc), nous avons eu le plaisir de recevoir Vincent Parisi, Monsieur Le Coach de BeIN Sports pour sa chronique dans l’émission Expresso, chronique au cours de laquelle il invite une personnalité du cinéma, de la chanson, du thếatre, du sport, etc. à tester un sport méconnu. Double avantage : promotion de la personnalité en rapport avec son actualité du moment et promotion d’un sport qui ne passe pas souvent à la télévision. Et cela tombait bien pour nous, car la canne n’est pas ce qu’on appelle un sport médiatique.

C’est comme cela que nous avons eu le plaisir d’initier l’actrice Anouchka Delon à la canne de combat, excusez du peu. Après avoir effectué un peu de bâton, une petite séance de renforcement musculaire, nous lui avons appris le latéral extérieur, le latéral croisé, le brisé et le croisé haut. Elle a ensuite enfilé un masque et s’est frottée à nos élèves, sans oublier bien évidemment de rencontrer notre championne, Sélénia.

Ce fut un plaisir pour nous et, je l’espère, pour elle également. Le tournage a duré pendant toute la séance et sera suivie mercredi prochain d’un passage sur le plateau d’Expresso. Donc n’hésitez pas à faire passer le message et à regarder l’émission mercredi matin entre 8h et 9h, ou sur la chaîne Dailymotion de Vincent Parisi dès qu’elle y sera postée.

Actualités

Ce qui s’est vraiment passé au Salon Fantastique

Salut collectif de canne de combat lors du Salon Fantastique 2014

Un vendredi de Lateral’s Creed :

Après une semaine d’entraînement, j’ai rejoint mes acolytes à la Porte. Breucker, d’Avigny et Vasse scrutaient déjà les pavés glauques qui s’étendaient au-delà. Quand les premiers cris résonnèrent, nous étions prêts à passer à l’action.
Vasse attaqua le premier qui lui passa sous le pommeau, un certain “Hugues-l’embrouille” qu’il mit rapidement hors combat grâce à quelques techniques rapides de son cru. Il n’avait pas vu venir “Laura-la-rochelaise” qui tenta de l’assommer à coups de bâton mais que Breucker mit heureusement en déroute. Pour passer le temps en attendant la vague suivante, Breucker et moi-même échangeâmes quelques techniques, puis d’Avigny prit la place de Breucker et nous testâmes quelques coups de cannes et de pieds que nous avions observé chez les voyous des ruelles que nous pourchassons régulièrement.

C’est précisément ce moment que choisit “Kévin-le-surineur” pour revenir avec ses sbires. Il réussit à occire d’Avigny et à nous encercler. Alors que nous nous apprêtions à livrer notre dernier combat, il se mit à rire et, de son argot des bas-fonds, nous enjoint à quitter leur territoire sur-le-champ. Emportant le corps inerte de notre camarade, nous partîmes en supportant leur mépris.

Mais nous reviendrons, mieux préparés. Et nous chasserons ces canailles de notre belle cité.

Apaches de Paname, Canne & Dragons et Schola Martis au Salon Fantastique, octobre 2014 Apaches de Paname, Canne & Dragons et Schola Martis au Salon Fantastique, octobre 2014 Apaches de Paname, Canne & Dragons et Schola Martis au Salon Fantastique, octobre 2014

Après cette démo pleine de rebondissements, Julien le voyageur du futur a animé une initiation aux quatre premiers curieux qui avaient assisté avec enthousiasme à notre prestation. A la fin de celle-ci, les initiés ont pu affronter les démonstrateurs dans un combat acharné.

Suite à cela, nous avons proposé une nouvelle démonstration (en prenant soin cette fois-ci de faire une annonce au micro général).

Celle-ci terminée, ce sont cette fois 8 personnes qui se sont présentés pour l’initiation, avec Maël cette fois.

Et puis ensuite, le Salon fermant ses portes aux quelques rares curieux qui restaient encore, nous mîmes les voiles, forts de cet avant-goût de ce que serait ce week-end.

~Xavier

Le week-end selon une Steam Apache :

Après une journée d’introduction aussi pleine de succès au salon fantastique, nous nous sommes retrouvés le samedi, en début d’après midi : Xavier, Julien, Aurélien/Zippo, Maël, Kévin, Laura, William, Amélie, Céline, Philippe, Loic/Hellion et Samuel un ami de Maël venu nous soutenir et surtout filmer nos prouesses !

Un rapide passage au stand de nos hôtes à ce salon, French Steampunk, et nous nous sommes réunis à l’entrée de l’Espace Champerret, à l’extérieur, sous un grand soleil. Deux heures d’initiations étaient prévues, mais nous avons décidé de commencer par quelques démonstrations histoire d’attirer le chaland. Stratagème qui a pour le moins réussi, puisque le public a commencé à nous observer dès nos « répétitions ». Ils ont ainsi pu voir s’affronter une bande de terribles apaches composés de Kévin, Laura, Céline et Loic/Hellion, et un groupe de pédants, euh pardon, de splendides aristocrates qui n’était autre que Xavier, Philippe, Maël et Aurélien/Zippo. Chaque groupe voulant rejoindre l’autre coté de la cour, l’affrontement a été inévitable, et une provocation de Loic/Hellion sur le distingué Maël a déclenché le combat ! Le désarmement lâche de Loic/Hellion n’est pas resté sans réponse, et ses copains, brutes prolétaires, n’ont pas hésité à défendre leur honneur de canaille. Laura a ainsi défié Maël au bâton, Maël qui après avoir désarmé Laura, été remplacé dans l’arène par Philippe à la canne contre Laura que ses copains avaient réarmée. Après quoi Céline n’a pas laissé Philippe sur sa victoire, et l’a affronté à la canne. Ce duel gagné, Kévin et elle n’ont pas hésité à se battre pour le plaisir, une canne à la main, et coup de pied en traître pour ces voyous ! Mais leur trop grande confiance aura eu raison d’eux, puisqu’avec un combat de double canne, c’est Aurélien/Zippo qui sauva ce qu’il restait de l’honneur des gentilshommes en désarmant magistralement Kévin !

Apaches de Paname, Canne & Dragons et Schola Martis au Salon Fantastique, Octobre 2014 Apaches de Paname, Canne & Dragons et Schola Martis au Salon Fantastique, Octobre 2014

La foule en délire n’a plus eu d’autre choix que de céder à la tentation d’apprendre à se battre comme ces fiers apaches et autres caves; les badauds encore récalcitrants attirés par le décolleté, euh non, par les encouragements et la distribution de cannes d’Amélie !

Sous la férule de Xavier, Julien et Aurélien/Zippo, des dizaines (si si des dizaines) d’intéressés sont venus répéter position de garde, latéraux, brisés, croisés têtes, manipulations, saluts, voltes, parades et autres gestuels classiques de la canne de combat, et même de petits échanges. Étant donné notre nombre, nous avons pu circuler entre les groupes, ce qui était apprécié, tout en faisant attention à ce que les passants ne circulent pas trop près de ces cannistes d’un jour (ou de plus on espère !). Nous avons ainsi fait 2 séances d’initiation d’environ 20 minutes à la fin desquelles les nouveaux initiés pouvaient repartir avec leur canne gravée au nom des apaches, un joli prospectus avec toutes les informations importantes et un souvenir impérissable !

Apaches de Paname, Canne & Dragons, Schola Martis au Salon Fantastique - Octobre 2014 Apaches de Paname, Canne & Dragons, Schola Martis au Salon Fantastique - Octobre 2014

Ensuite, nous avons à nouveau fait une démonstration de nos talents, et à nouveaux de nombreuses initiations ont été faites, une première de canne de défense par Maël qui leur a appris quelques mouvements de bases et des clés de désarmements, puis une ultime initiation de canne de combat menée par Xavier et Zippo sur deux groupes différents étant donné le nombre de demandes. On a pu compter entre 70 et 90 initiations pour ce joyeux jour !

Après cette éprouvante session, nous avons « rapidement », ranger nos affaires et nous sommes regroupés pour organiser la suite : un quizz organisé par French Steampunk entrecoupé de démonstrations de canne sur fond musical :
De la canne de défense, avec Mael et Hellion/Loïc, de la cannepoeira entre filles, un combat de double canne chausson (Julien & Zippo/Aurelien), de la canne simple, du bâton (Julien / Philippe), un superbe combat de canne chap-hop entre Xavier et Philippe, et l’attaque injustifiée de Maël par les quatre apaches, mais le maître de défense a su les remettre à leur place !

Apaches de Paname, Canne & Dragons, Schola Martis au Salon Fantastique - Octobre 2014 Apaches de Paname, Canne & Dragons, Schola Martis au Salon Fantastique - Octobre 2014 Apaches de Paname, Canne & Dragons, Schola Martis au Salon Fantastique - Octobre 2014

Une photo de groupe au stand de French Steampunk pour finir la journée et rendez-vous le lendemain. (© Alexandre Ls)

Apaches de Paname, Canne & Dragons, Schola Martis au Salon Fantastique - Octobre 2014

Le dimanche, bien que moins ensoleillé et avec moins de participants a quand même été un succès pour nous, puisque nous avons réinvesti l’espace extérieur, et renouvelé les phases de démonstrations et d’initiations. Avec des plus petits groupes (une dizaine de personnes à chaque fois), ce qui nous a finalement semblé un nombre équilibré. Au total, nous avons effectué encore 4 séances d’initiations.
Et finalement, un sympathique debriefing autour d’un verre pour finir ce week-end, Steam Apaches et Lateral’s Creed mélangés !

BILAN :

Coté points positifs, les initiations ont été un succès, et au moins deux participants sont venus aux entraînements la semaine dernière. Deux facteurs semblent avoir joué: la distribution de canne à la fin de l’initiation, elles ont été appréciées, on a vu plein de cannes se balader dans le salon dès le samedi matin, ce qui signifie que les gens les ont ramenées le deuxième jour ! Donc, malgré le coût de cette distribution ça a été une vraie publicité sur le salon, et on espère que le fait d’avoir un objet « encombrant » chez soi va inciter les participants à en parler et à y penser. D’autre part, le fait d’alterner entre démonstrations, même relativement peu préparées, et initiations a probablement permis d’attirer les gens. Par exemple, le dimanche après midi, nous n’avons pas respecté d’ordre particulier, mais nous avons fonctionné sur le modèle de la capoeira, par « défi » dans une roda, si bien que nous avons pu nous faire plaisir en nous affrontant de façon ludique et montrer différentes pratiques au public. La meilleure configuration serait donc d’alterner des phase de démonstration si il y a peu de public, et de faire une initiation dès qu’il y a un nombre suffisant de personnes demandeuses.

L’affluence du samedi était vraiment plaisante, mais a généré un problème de nombres de participants aux initiations. L’expérience sur les trois jours nous a montré que des groupes d’une dizaine de personnes était l’idéal pour travailler, quitte à former plusieurs groupes de 10, si nous sommes suffisamment nombreux et si la place le permet. Les gens sont plus proches, ce qui évite de crier et permet d’avoir une meilleur attention sur chacun. Malgré tout, le fait que nous soyons relativement nombreux samedi a permis de compenser la situation en circulant entre les participants pour leur donner des conseils directement, ce qui semble avoir été apprécié.

Concernant les démonstrations, ont été particulièrement appréciés ce qui était « dynamique », par exemple, la double canne ou la canne chausson. A l’inverse, la canne-poeira pratiquée par des filles n’est peut être pas une bonne idée, car ça a pu donné l’impression que « les filles, ça tape pas »… La battle de canne chap-hop a eu du succès, de par l’esthétique bien sur, mais aussi parce que c’était « joué » et parce qu’on voyait le plaisir manifeste de Xavier et Philippe, et qu’ils ne se prennent pas au sérieux (malgré les prouesses réalisées). Durant la démonstration de samedi soir, le public (enfin, deux personnes du public) auraient aimé voir un combat plus classique de canne, peut être en tenue, ou avec un arbitre… Une autre recommandation est de faire attention à l’axe dans le quel on combat, afin de ne pas être dos au public.

Après cette expérience, il apparaît que l’entraînement aux démonstrations en cours est une voie à explorer, d’une part cela nous permettrait d’être prêt pour une démonstration de dernière minute sans trop de stress sur qui/quand/comment/quoi, et d’autre part, c’est une autre façon de pratiquer la canne qui peut être intéressante en soit (comment avoir un échange qui ressemble à un combat, rester face au public, apprendre à réagir à un lâcher de canne…).

Autre point plus aléatoire, cette fois ci nous avons eu la grande chance qu’il fasse beau les 3 jours du salon, et d’avoir de l’espace utilisable juste devant l’entrée, car les espaces prévu n’auraient pas du tout été adaptés. Même si c’est très difficile à prévoir, il est important de signaler expressément aux organisateurs que nous avons besoin de beaucoup d’espace, pour que ce soit agréable, efficace et non dangereux. A ce propos, étant dans un lieu de passage, nous avons dû être très vigilants à ce que les gens ne passent pas trop près des cannes en action. Apporter des plots visibles pour marquer une zone serait une bonne solution pour faciliter ce travail.

Dernier point soulevé : une question récurrente a été : « c’est où les cours? », il serait donc bien de noter les lieux des cours sur les prospectus.

Dans l’ensemble, ce fut un excellent we de canne ! FSP était ravi de notre participation et nous a même félicité pour nos costumes. Il semble que les initiations commencent déjà à porter leur fruits avec de nouveaux participants, et les cannistes sont repartis fourbus mais heureux !

~Céline

Plus de photos ? Pas de problème, parcourez donc :

notre galerie Flickr de l’événement

Sauf précision, toutes les photos ont été prises par William D que nous remercions particulièrement pour la qualité de son travail !

Actualités

Séances-assauts de décembre

Séance-assauts de canne de combat du mardi 2 décembre à Paris

Mardi 2 décembre : individuels

  • horaire : de 20h à 22h
  • lieu : salle d’agrès du Centre Sportif Jean Talbot (UPMC), métro Jussieu
  • formule : poules de qualification, puis toutes places tirées

Samedi 13 décembre : équipes

  • horaire : de 12h à 13h30
  • lieu : gymnase Lavoisier, Paris 5, RER B Luxembourg ou Port Royal
  • formule : par équipes de 2 ou 3 suivant le nombre de participants

Les tireurs des clubs exterieurs sont les bienvenus. Pensez à nous informer de votre présence par e-mail.

Actualités

Résultats des séances-assauts de novembre

Séance-assauts de canne de combat le samedi 18 octobre 2014 au gymnase Lavoisier (Paris 5)

Résultats du mardi 4 novembre (équipes)

1 2 3 4 5 6 7 8 PV TD TR GA P
Poussimpétueux 1 / 11 15 10 10 F 18 F 9 64 70 -6 5
Chevelus 2 8 / 7 8 6 12 8 6 10 55 66 -11 7
Mauvais 3 4 9 / 8 11 7 10 13 13 61 70 -9 6
Magiciens 4 17 14 18 / 11 13 21 15 21 109 64 45 1
Pandas 5 21 8 6 10 / 10 20 17 13 92 78 14 3
Mixte 6 V 12 11 6 12 / 17 11 16 69 69 0 4
Toro 7 20 12 13 20 23 23 / 11 19 122 101 21 2
Bleus 8 V 0 0 2 5 4 7 / 9 18 73 55 8

Résultats du samedi 15 novembre (individuels)

  • 16 tireurs répartis en 3 poules
  • DO : Xavier
  • 1 heure 30
  • lieu : gymnase Lavoisier (Paris 5e)
  • 3 aires
  • assauts en 1 reprise d’1’30 »
  • clubs présents : Apaches de Paname, Canne & Dragons, ASCB
Poule 1
1 2 3 4 5 PV TD TR GA P
Aurel / 8 10 8 7 12 33 7 26 1
Thibault 3 / 3 6 0 7 12 20 -8 3
Laura 0 3 / 1 3 7 7 25 -18 4
Benjamin 0 0 0 / 0 4 0 20 -20 5
Camillo 4 9 12 5 / 10 30 20 10 2
Poule 2
1 2 3 4 5 6 PV TD TR GA P
Tristan / 3 0 6 3 0 10 12 9 3 4
Helma 3 / 5 5 5 2 14 20 5 15 1
Ahmed 3 0 / 2 3 1 11 9 19 -10 3
Jérémie 0 0 0 / 0 0 5 0 19 -19 6
Marie-Ange 1 2 2 1 / 2 7 8 19 -11 5
Marc 2 0 8 5 8 / 13 23 5 18 2
Poule 3
1 2 3 4 5 PV TD TR GA P
Céline / 1 2 2 0 6 5 14 -9 4
William 3 / 3 0 2 7 8 18 -10 3
Sélénia 9 7 / 4 15 12 35 13 22 1
Guillaume 0 0 0 / 1 5 1 15 -14 5
Loïc 2 10 8 7 / 10 27 18 9 2

Bravo à tous les particiants !

Canne de spectacle

La canne chap-hop : quoi qu’est-ce ?

Canne chap-hop, ou battle de manipulations de canne de combat

La quoi ?

La canne chap-hop n’est pas une nouvelle sous-discipline officielle, non. C’est une pratique encore extrêmement cryptique puisqu’à ce jour une seule tentative de cette pratique a eu lieu AU MONDE, et c’était lors d’une démonstration de canne de combat au Salon Fantastique. Cette partie de la démo avait été à peine conceptualisée, j’avais réussi à convaincre Philippe quelques semaines auparavant de la faire avec moi et nous n’avons eu aucune occasion de la répéter. Nous ne connaissions pas le morceau sur lequel nous allions passer et nous ne savions même pas combien de temps cela allait durer. Bref, une démo à peu près normale.

Nous n’en savions pas plus lorsqu’est arrivé notre tour, nous sommes simplement rentrés, nous avons tâché de prendre rapidement le rythme du morceau du groupe Rétropolitain qui passait alors, et nous nous sommes lancés dans une battle de tricks (combat de manipulations, NDT) acharnée. Nous nous sommes bien amusés, et le public a apprécié.

Mais d’où vient-ce ?

Le terme « chap-hop » est emprunté à l’excellent Mr B, the gentleman Rhymer. Ou tout du moins c’est lui que j’ai entendu le premier prononcer ce terme. D’après wikipédia, il n’en est que l’un des contributeurs, avec le non moins excellent Professor Elemental.


Ces gentlemen manient le style hip-hop avec la nonchalance et la retenue des dandys britanniques. Dans leurs productions se mêlent flow saccadé et tasse de thé, scratching et tweed. Et voir Mr B et ses fameuses moustaches exécuter des pas de break dance en costume, ça m’a impressionné.

Cela nous mène implicitement à la deuxième inspiration : les battles de break dance au cours desquelles deux danseurs ou deux équipes s’affrontent sur une musique rythmée à coups de pas de danse et de figures enchaînées sur le rythme de la musique.

Ces « battles » nous conduisent finement à la 3e et dernière inspiration, car il s’agit de Slyde Lomalakane, que nous avions eu la chance de rencontrer il y a quelques années lorsque nous étions encore dans les locaux de la Garde Républicaine. Slyde a participé, entre autres, au festival Défipayette, qui est une rencontre de break dance dans laquelle il s’est défendu avec sa fidèle canne, qu’il manipule dans un style très « pantomime ».

A quoi ça rime ?

Toutes ces inspirations mélangées, en ajoutant évidemment un soupçon de canne telle que nous la pratiquons, cela a donné la canne chap-hop, dont le principe était d’enchaîner les manipulations (et éventuellement les attaques façon « shadow ») en musique pendant quelques dizaines de secondes avant de céder la place à son adversaire.

L’idée était de proposer une nouvelle fois une « variante », cette fois-ci une variante au spectacle de combat que nous proposions jusqu’à présent. Car qu’il s’agît de canne sportive, de canne de défense, de bâton ou de canne chausson, d’une manière ou d’une autre les deux opposants se tapaient dessus, et même la meilleure coopération du monde ne pouvait soustraire cet aspect belliqueux.

Avec la canne chap-hop au contraire, notre duel devenait figuratif et revenait à opposer non plus notre science technique du combat, mais notre dextérité et notre sens du rythme. Et, contrairement à toute attente (notamment au regard de notre temps de préparation en amont), cela a plutôt bien fonctionné si l’on en croit les bonnes critiques reçues de la part du public, en particulier au sujet de la « bonne ambiance » qui régnait entre nous, encouragés que nous étions par les autres démonstrateurs placés sur les côtés et qui acclamaient les réussites et encourageaient lors des lâchers de canne. Comme dans une battle ; mission accomplie. =)

Et après ?

Je pense que l’expérience sera retentée prochainement, notamment parce que Philippe et moi nous sommes bien amusés et que cette alternative propose beaucoup de possibilités. Évidemment cela demande de travailler les manipulations et surtout l’enchaînement de manipulations, d’avoir un peu le sens du rythme et surtout de ne pas avoir peur du ridicule. Car autant dans un assaut ou un échange à 2, l’attention du public est retenue par l’ensemble, autant dans ce genre de prestation on est immédiatement propulsé au centre de l’attention des spectateurs.