fbpx
Canne de spectacle

Canne et escrime artistique

Stage lames sur seine escrime artistique et canne de combat
 

Propos

J’ai été invité les 13 et 14 février 2016 au stage annuel des Lames sur Seine. Il s’agit d’un stage d’escrime artistique ouvert à tous les pratiquants et pratiquantes intéressé(e)s de toute la France. J’avais déjà mené des interventions l’an dernier et l’année précédente en présentant une approche historique de la canne de combat, en la remettant dans un contexte de 19e siècle parisien où les agressions d’apaches (les voyous de l’époque) ne manquaient pas. Je leur ai donc parlé bien évidemment de canne avec une composante auto-défense importante (comme on pouvait en trouver dans les traités d’Emile André ou de Jean-Joseph Renaud par exemple), mais également quelques notions de savate, de couteau ou les fameuses actions telles que le coup du Père François.

 

Cette fois-ci, Michel Olivier (Président des Lames) m’avait demandé d’orienter mes modules vers l’approche sportive de la canne de combat. J’ai donc réfléchi à ce que pouvait apporter la canne de combat et ai abouti au programme ci-dessous.

 

Programme

Le premier module (1h30) a consisté à résoudre la principale difficulté de l’opposition quand on n’a jamais fait que de la chorégraphie : travail de fluidité, gestion de la distance, enchaînement, terminer les attaques (ne pas s’arrêter à chaque fois 40cm devant la cible), le tout saupoudré d’un brin de dextérité en jouant avec l’arme (manipulations ou « tricks »), ce qu’on effectue bien plus aisément (et de manière plus sure) avec une canne qu’avec une rapière.

J’ai consacré un autre module (2h) aux réflexions que nous avons eues suite aux diverses conventions auxquelles nous avons pu participer (Salon Fantastique, Geekopolis) sur une approche du spectacle non chorégraphié :

 

  • des micro-chorégraphies avec signal pour les déclencher : il arrive qu’on ait envie de placer une action ultra-stylée (une esquive-riposte en volte-sautée + croisé haut par exemple) mais que l’occasion de la placer n’arrive pas. Nous avons donc travaillé à les automatiser pour que ces actions puissent sortir naturellement pendant le combat. Bien évidemment, pour ne pas qu’elle sorte n’importe quand, il est important d’avoir un signal spécifique qui le déclenche. Nous suggérons donc d’utiliser un mouvement peu commun (croisé bas, feinte de brisé-brisé, volte+enlevé) comme déclencheur de l’action. Il est nécessaire de répéter un minimum avec son partenaire pour rendre fluide la réaction à ce signal, mais le résultat est souvent assez probant.
  • les phases pour raconter une histoire : l’idée consiste à scénariser le match en le décomposant en 2 ou 3 phases bien distinctes. Par exemple : une première phase d’esquives/ripostes, une deuxième où l’un attaque et l’autre pare tout et une troisième où l’un attaque et l’autre contre-attaque. Cela permet, dans une démonstration d’une minute à une minute trente, de « scénariser » le combat de façon à ce que le public ait l’impression qu’on lui raconte une histoire (l’apache agresse le bourgeois qui ne fait d’abord que se défendre, puis il reprend la main face à un apache qui esquive tous ses coups)
  • jouer les touches en faisant semblant d’avoir mal juste après l’impact et les lâchers de canne. Ce dernier point est assez crucial car il arrive régulièrement en canne que l’on lâche son arme. Il faut alors improviser quelque chose et faire comme si c’était totalement voulu. Ce que nous préconisons alors est une phase d’attaques particulièrement visibles de par celui qui possède encore son arme, et des esquives en direction de l’arme pour celui qui n’en a plus. Si en plus la récupération peut s’effectuer manière « stylée » (roulade, roue), il ne faut pas se priver.
  • mettre en avant les éléments spectaculaires de la canne tels que l’amplitude, les changements de main, les voltes. Si chacun de ses points peut exister en escrime artistique, ils sont en général minorés en comparaison de ce que nous utilisons en canne de combat : la gestuelle implique la plupart du temps le coude ou le poignet (principalement en raison du poids de la rapière) là où la canne a tendance à utiliser l’épaule. Les changements de main se limitent à des passages d’une main à l’autre mais ne vont pas comme en canne jusqu’à des changements dans le dos, en faisant tournoyer l’arme ou en la laissant glisser sur l’épaule. Enfin les voltes se pratiquent souvent par le biais d’esquives et pas forcément comme élément visuel (ou tactique en canne sportive).

 

Enfin un module assez court (une trentaine de minutes) sur la double canne à base d’exercices classiques que j’ai l’habitude d’aborder (manipulations des cannes de manière non symétriques, coordination en rythme à 2, trois grandes stratégies en double canne : attaque totale, parade totale, contre-attaque+parade) afin de développer essentiellement les facultés psychomotrices tout en jouant avec son adversaire.

 

Retours

Après chaque module, j’ai demandé aux stagiaires ce qui leur avait plu ou moins plu, ce que chaque approche a pu leur apporter dans leur pratique de l’escrime artistique. Les principales qualités mises en avant sont l’agilité, la fluidité, la coordination (pour la double canne), et le plaisir de pouvoir effectuer une rélle opposition en toute sécurité.

 

Le module de double canne, à la fois parce qu’il est arrivé à la fin du stage alors que tout le monde commençait à accuser une fatigue bien normale, mais également parce que le travail cognitif est particulièrement important, a été considéré comme de loin le plus difficile.

 

Mais dans l’ensemble les stagiaires étaient tous très satisfaits de cette intervention qui sortait des sentiers battus, tout en leur proposant une activité proche de la leur avec des armes qu’ils connaissaient (il n’est pas rare d’utiliser des cannes en escrime artistique lorsqu’on débute ou pour travailler un enchaînement avant d’utiliser la rapière).

 

Vidéos


 

 

 

Actualités

Stage des Lames sur Seine

J’ai été invité ce week-end au stage annuel des Lames sur Seine pour animer des modules « canne » dans une optique historico-théâtrale. Etaient également présent Me Olivier Patrouix-Gracia pour l’escrime médiévale et bien entendu Me Michel Olivier, à la fois grand organisateur et intervenant sur le thème du combat à la rapière.

Ce fut un plaisir d’encadrer tous ces stagiaires passionnés qui ne demandent qu’à découvrir des nouveautés auxquelles donner vie dans des duels pleins de rebondissements. Merci à tous pour votre implication !

MODULE 1 : Cours collectif de canne

  • Présentation de l’arme, sans rentrer dans le détail des armés mais en demandant des trajectoires circulaires ou semi-circulaires et surtout de travailler en amplitude
  • par 2, attaques circulaires à tdr
  • idem, 3 attaques chacun
  • idem, enchaînement et reprise de main
  • idem, en changeant de main à chaque fois
  • idem, avec 1 manipulation avant de changer le rôle
  • idem, esquives
  • idem, esquives à tour de rôle (« canne-poeira »)
  • assauts libres (mais néanmoins contrôlés) en incluant TOUT

MODULE 2 : méthodes de combat « apaches »

  • le couteau/surin/eustache/22, arme des apaches par excellence. Couper et être couper, petits gestes, le sentiment désagréable de ne rien pouvoir faire à courte distance
  • tenir le couteau à distance avec une canne : repousser un adversaire, frapper les cibles avancées,
  • les coups foireux (lames dans la casquette à la « Peaky Blinders« , bracelets cloutés à la Jean-Jacques Liabeuf)
  • arrêt sur le fameux « coup du père François« , la mise en pratique (avec modération) et les défensives que propose Emile André
  • armes plus lourdes (batte, barre de fer), éviter leurs assauts dévastateurs et riposter avec une arme légère : la canne
  • 30 minutes de préparation d’une chorégraphie (le coup du Père François a suscité un engouement particulier =)

MODULE 3 : Pieds, poings et canne

  • approche poings : directs, crochets, uppercuts, coup de poing marteau et défensives (merci à Bruno et Jean-Luc pour leurs précisions)
  • approche pieds : chassés, fouettés, revers et le fameux coup de pied bas, bien entendu avec leurs défensives
  • petit mélange pour s’amuser : l’un combat avec les poings, l’autre avec les pieds, et le tout avec légereté, pour éviter tout accident
  • 3e distance : la canne, comment tout mixer et se repositionner à distance pour chaque arme pour obtenir un combat « réaliste »

MODULE 4 : combat de gentilhommes, duels de canne

  • armés amples, lents mais puissants
  • armés courts, légers mais rapides
  • mélange des deux, comment casser la distance ou reprendre la main
  • clés, désarmements, comment broyer les articulations ou rendre un agresseur plus coopératif
Canne de défense

2013.02.17 – Stage de canne chez les Lames sur…

L’association d’escrime artistique Les Lames sur Seine organise tous les ans un grand stage ouvert à tous les participants de France et de Navarre. Plusieurs thèmes sont proposés : escrime Grand Siècle débutants, Grand siècle confirmés, escrime médiévale et cette année encore : canne & bâton!
J’ai donc eu la chance de pouvoir encadrer plusieurs ateliers en canne, bâton et savate orientés vers le spectacle, avec des stagiaires nombreux, enthousiastes et plein d’énergie.
Bâton fédéral en action
Programme :

  • cours collectif de canne académique façon « Bataillon de Joinville » : coups de base de pied ferme ou en fente, travail par deux
  • atelier « Vidocq » – canne et savate du début du XIXème siècle
  • atelier « double canne » pour le travail à deux armes, la coordination et la désynchronisation gauche/droite
  • atelier « bâtons », méthodes Joinville et fédérale

Galerie Photos