Il était une fois, un championnat du monde…

Il était une fois, un championnat du monde…

« Attendez que je me souvienne… les championnats du monde. Ah oui, ça c’est passé vers un début d’automne ou une fin d’été. Une mi-septembre peut-être bien. Oui voilà, mi septembre. Je me souviens, il pleuvait déjà des feuilles mortes. Ca se passait loin dans l’est, en des terres encore inexplorées lors de cannistiques tribulations. Une ville étrange au nom de montagne, la demeure d’un seigneur enserrée dans une forêt comme un joyau dans son écrin.

L’endroit était fabuleux, imaginez un instant ce cadre: sur la large esplanade d’un manoir du XIXème, sur un sol léger de gravier, des aires étaient tracées à la poussière de craie rouge. Un soleil de fin d’après midi illuminait la façade ouvragée et embrasait les arbres alentours des milles couleurs d’un automne naissant. Une léger souffle d’air emmenait danser des feuilles mortes rouges et jaunes autour des participants. En contrebas sur un méandre du fleuve était amarré le drakkar d’une délégation nordique.

Au soir venu, les équipes se mirent à défiler devant notre hôte et sa cour. Drapeaux flottants au vent et fiers athlètes. La lumière déclinant, on alluma des dizaines de chandeliers pour… »

Alors là, Kptain, pardon mais tu dérailles !
J’y étais, moi, d’abord, je sais de quoi je parle ! (Et puis ça suffit avec les drakkars…)
D’ailleurs, je ne suis même pas sûre qu’il pleuvait des feuilles mortes, à Frankenberg. Il y avait de la brume, c’est sûr, mais pour le reste…
Bref, rien à voir avec la canne, tout ça ! Passons plutôt au résumé des faits :

Invitée à rejoindre la prestigieuse équipe féminine française, en compagnie de Nicole Chane-Foc et de Cécile Serris, et entourée de la non moins prestigieuse équipe masculine, composée de Benjamin Latt, Frodo van de Geuchte et Florian Adami, j’ai fait mes premiers pas dans une compétition de cette envergure en tentant de garder les petits pains aux céréales du déjeuner à leur place. Des poches sous les yeux, témoins de ma paisible nuit pré-compétition, un survêtement officiel sur le dos et, ne l’oublions pas, mon t-shirt apache contre mon cœur, j’ai attendu mon tour, tout comme mes compagnons de fortune (plus que d’infortune) ont attendu le leur.

Galvanisés par Thierry Vidal et Alain Descorsier, nos entraîneurs efficaces et attentifs, nous avons défendu les couleurs de la France avec, je l’espère, autant d’implication que d’application. Affrontant tour à tour Allemands, Coréens, Canadiens, Slovènes, Malgaches, Italiens, Britanniques et Hongrois, pour un grand tour du monde de la canne de combat, nous nous sommes hissés jusqu’aux plus hautes marches du podium, celui du classement individuel, mais également celui du classement par équipe.

Surtout, surtout, nous avons fait nombre de belles rencontres, autant sportives qu’humaines, comme il est d’usage de le dire. Approcher des cannistes d’autres pays, échanger avec eux, se donner des conseils, en recevoir, s’encourager, se féliciter a eu, à mon sens, autant d’importance que nos résultats.

Voir la délégation allemande ne sachant plus où se mettre au moment de la distribution de bretzels et de la démonstration de danses traditionnelles en costume, compatir avec la délégation française dubitative devant les saucisses en papier mâché de la soirée barbecue, admirer la délégation canadienne restée en t-shirt par –30 au soleil, voilà qui était aussi sympathique que de se démener sur l’aire et d’en sortir avec l’impression de s’être bien battu.


Le bilan, bien sûr, ce sont des médailles, mais aussi le sentiment d’avoir appris énormément, comme c’est souvent le cas en compétition, et d’avoir, quand même, participé à un événement exceptionnel.

C’est là qu’il faut évidemment remercier tout ceux qui se sont donné du mal pour l’organiser ainsi que tous les officiels qui étaient présents et bien présents, et qui nous ont permis de vivre une compétition des plus réussies. (Sans oublier l’office de tourisme de la ville de Frankenberg, Eder, pour la tasse « Frankenberg das ists’s » que nous avons reçue en cadeau. Elle trône sur mon bureau et je n’en suis pas peu fière)

Un seul mot pour finir : Va falloir s’y mettre, les gars, si on veut être prêts pour la prochaine !




admin