Championnat de France de Canne de Combat 2022 à bordeaux apaches de paname Canne de combat

CHT 22 à Bordeaux : un week-end incroyable

Vendredi

Jocelyn, Kévin, Martial, Zippo et moi avons pris le train direction Bordeaux en fin de matinée. Le trajet fut relativement sans histoire, bien que les discussions fussent riches, sautant de considérations sur l’économie à la guerre en Ukraine, en passant par l’écologie, les vendeurs de spectromètres de masse et bien entendu la canne de combat, sans quoi nous n’aurions pas fait le tour des sujets chauds du moment.

Arrivés sur place le ventre vide, nous décidâmes de faire une halte du côté de Quinconces pour trouver un bouge où nous sustenter. La marche fut un peu longue et nous échouâmes au final chez Big Fernand à déguster des burgers certes fort peu typiques mais néanmoins très goûtus.

Le ventre enfin rempli, nous mîmes le cap sur notre location dans le quartier récemment rénové, à deux pas de la Cité du Vin. Nous y fîmes la connaissance de Géraud, son propriétaire, qui nous rencarda avec une véritable passion sur les nombreux lieux incontournables du quartier, que nous ne pûmes hélas pas tous gratifier de notre visite. Nous sommes tout de même allés faire un tour du côté des Bassins à Flot et leur ancienne base de sous-marins, nous sommes allés profiter de l’ambiance très particulière du Bar de la Marine et nous sommes passés devant l’hallucinant Hôtel Renaissance dont l’apparence soulève de nombreuses questions.

Samedi

Comme la tradition semble l’exiger, le tirage au sort a lieu le samedi matin de bonne heure lorsque, à peine réveillés, nous arrivons au gymnase. Série par série, les tireurs sommes appelés à la table du Délégué Officiel (D.O) pour tirer un papier et savoir face à qui, qui, qui, nous allons tomber. Et là pas de chance pour Camillo et moi puisque nous tombons contre David Leblé, le tenant du titre et grand favori de la compétition. Le deuxième adversaire de Camillo est également coriace puisqu’il s’agit de Nicolas Legoupil, et le deuxième mien est Guillaume Bérard, actuel Cadre Technique Fédéral et vieux briscard devant l’éternel, à domicile qui plus est. Bref le tirage en première série ne pouvait pas être confortable, mais il pouvait sans doute être meilleur.

Côté Paul et Kévin, ils tombent respectivement contre Jacques et Benjamin Paplorey pour l’un, Paul Bernard et Benjamin Paplorey (encore lui) de l’autre. Paul remporte son premier assaut mais perd le second. Kévin gagne face à Paul B. et fait match nul contre Benjamin P. qui s’est bien entraîné depuis leur dernière rencontre et devenant ainsi quasi-instantanément son némésis.

Camillo perd malheureusement ses deux assauts, et de mon côté je m’incline devant David Leblé mais réussis à remporter mon assaut contre Guillaume. Si les chances de Camillo de se qualifier sont quasi-nulles, les miennes sont relativement bonnes, bien qu’une défaite et une victoire me condamnent à un classement assez moyen et donc à une place en quarts moins enviable que les tireurs qui ont remporté tous leurs matchs.

En fin d’après-midi, aucun match de barrage n’a été nécessaire pour départager les tireurs. Afin de gagner du temps le D.O. fait jouer les huitièmes pour les SM2. Kévin élimine alors Bastien Ravry et Paul se qualifie également au détriment de Florian Berger, durant deux assauts aux qualités techniques et tactiques irréprochables. De beaux matchs, quoi.

La journée terminée, Camillo est éliminé mais les trois autres restons en course, direction les quarts de finale. La soirée est raisonnable, à base de pâtes et de visionnage d’assauts.

Du côté des clubs de l’Alliance, seul Jacques voit son parcours interrompu : François passe également les huitièmes face à Adrien Chatenêt, Amélie et Mallaury devront se départager en quarts. Mais ça, ce sera pour le lendemain.

Dimanche

Au petit matin, après un petit déjeuner à base de café et de cannelés, nous reprenons vaillamment et sans trop de douleurs les quarts de finale. Je parviens à vaincre Lucas Bayle tandis que Paul élimine Chris Sylvestre et Kévin affronte de nouveau son némésis, qu’il vainc cette fois-ci. Paul et Kévin doivent s’affronter en demi-finale.

Quant à moi, j’affronte de nouveau David Leblé en demi-finale. L’annonce de ce match retour ne m’enjaille pas plus que ça et même si Nicolas L. et Anthony F. semblent croire en ma possibilité de victoire, mes doutes sont nombreux. Sur les conseils de Camillo qui me seconde, je change totalement de stratégie. Après trois reprises plutôt intenses et une troisième au cours de laquelle il me semble que David reprend vraiment l’avantage, je remporte pourtant cet assaut. J’y crois à peine, j’ai réussi ce que je pensais infaisable. Je jouerai donc la finale face à Sébastien Boursier qui s’est imposé de son côté face à Guillaume B.

Kévin élimine Paul qui tire le match pour la troisième place contre Matthieu Leblé. Hélas (pour nous) celui-ci l’emporte et monte sur la troisième marche du podium. Paul devra se contenter de la quatrième place.

Quant aux finales, elles opposent chez les femmes Margaux Fournier à Lantonia B, Kévin à Guillaume Klein et Sébastien B. à moi. Margaux prend sa revanche sur Lantonia, et Kévin et moi prenons la première place de nos séries respectives après quatre fois deux minutes de combat acharné.

Du côté des autres tireurs de l’Alliance, Amélie a éliminé Mallaury en quarts de finale avant de succomber face à Lantonia Behaviana en demi-finale mais finalement de reprendre le dessus sur Céline Mangin en petite finale et s’octroyer ainsi la troisième place du podium !

François a cependant arrêté sa folle course en quarts de finale face à Guillaume K., le vice-champion de France. Une chute honorable 😉 .

Résultats

Avant de synthétiser les places de nos tireurs ce week-end, je tiens à mentionner plusieurs choses :

  • tout d’abord la présence à cette compétition de plusieurs autres des membres de l’Alliance : Aurélien [A2P] et Julien [CED] en tant qu’officiels nationaux, qui ont œuvré tout le week-end avec les autres juges/arbitres pour que cette rencontre se déroule le mieux possible.
  • ensuite la diffusion en directe assurée par Martial et Jocelyn de Canne TV et [CED], qui sont venus les bras chargés de matériel pour que les spectateurs puissent suivre l’événement sur Twitch.
  • enfin l’excellent accueil des organisateurs, qui nous ont régalé de moult bonnes choses et qui se sont donnés vraiment beaucoup de mal pour que tous les acteurs de la compétition passe un bon moment. Merci infiniment de votre investissement !

Apaches

SM1

Xavier : 1re place
Camillo : top 11 (éliminé en poules)

SM2

Kévin : 1re place
Paul : 4e place

Canne & Dragons

SF1

Amélie : 3e place

Latéral 13

SF1

Mallaury : top 8 (éliminée en 1/4)

SM2

François : top 8 (éliminé en 1/4)
Jacques : top 22 (éliminé en poules)

En attendant le train. Photo Jocelyn T.
Kévin remporte l'Open IDF de canne de combat à Paris Canne de combat

Open IDF : Kévin remporte la première édition

L’Open Île-de-France est une compétition individuelle organisée par la Ligue IDF de SBF&DA pour les cannistes franciliens et au-delà, qui peut être couplé avec les sélections lorsque le Championnat de France le nécessite. Cette rencontre est mixte, ouverte dès le pommeau vert et sans élimination de façon à faire en sorte que les participants et participantes puissent faire un maximum d’assauts dans la journée tout en assurant un classement à la fin. Afin d’assurer ces deux paramètres, un système suisse est utilisé.

Pour cette première édition huit tireurs étaient inscrits, en grande partie des parisiens mais des tireurs de la Seine-Saint-Denis, de l’Oise et de l’Indre-et-Loire avaient également fait le déplacement jusqu’au gymnase Japy dans le 11e arrondissement de Paris pour l’événement.

Résultats

Il y avait au final très peu de nouveaux tireurs dans cette première édition et les différents adversaires ont pu autant s’affronter que se conseiller durant les assauts, dans une bonne ambiance. Kévin a su tirer son épingle du jeu contre tous ses adversaires, même les plus coriaces. Il termine néanmoins premier de la compétition sans aucune défaite, belle performance. Zippo ne tirait pas cette fois-ci, il s’est concentré sur son second rôle de coeur : le jugement-arbitrage et la coordination de l’équipe des officiels pour aider Martial dans son rôle de Délégué Officiel.

A noter également la belle performance de François de Latéral 13 qui se classe troisième, juste derrière le vif et redoutable Benjamin Paplorey. Mallaury prend la septième place, sans doute en-dessous de ses performances

Aucun tireur de Canne & Dragons n’était présent en tant que tireurs, mais trois d’entre eux étaient concentrés sur le jugement et l’arbitrage.

Classement des tireurs

  1. Kévin Lovato (Paris, 75)
  2. Benjamin Paplorey (Brenouille, 60)
  3. François Pellerin (Paris, 75)
  4. Mickaël Delabrousse (Paris, 75)
  5. Malik Cécilie (Brenouille, 60)
  6. Benjamin Georget (Tours, 37)
  7. Mallaury Arnauld (Paris, 75)
  8. Mialitiana Randrianivosoa (Pantin, 93)

Officiels

  • Martial Rey, Délégué Officiel (Paris, 75)
  • Aurélien Prudot d’Avigny (Paris, 75)
  • Paulo Da Silva (Brenouille, 75)
  • Agnès Kaltembacher (Maurepas, 78)
  • Matthieu Joëssel (Paris, 75)
  • Jocelyn Tridemy (Paris, 75)
  • Julien Falconnet (Paris, 75)
canne de combat paris internationaux lyon 2022 kévin xavier Associatif

INTX 22 à Villeurbanne : belles performances

Les Internationaux de Canne de Combat est une compétition individuelle dont la particularité est de mélanger les séries ensemble. Les tireurs de 2e série rencontrent ainsi les tireurs de 1re série. Il s’agit d’une rencontre officielle, c’est-à-dire qu’elle est chapeautée par le CNCCB, même si son organisation est déléguée à un club. Cela permet en outre de ne pas organiser cette compétition au même endroit tous les ans.

Cette saison, c’est le club de Villeurbanne (le VICCB) qui a organisé l’événement dans le gymnase du Tonkin les 12 et 13 mars 2022. Et pour la première fois, la compétition allait non seulement mélanger les séries mais également les catégories puisque la compétition était totalement mixte : les hommes et les femmes se sont rencontrés dans un seul et même tournoi, sans distinction de sexe.

Même si l’événement était une première, la période n’était cependant pas propice à attirer une foule de compétiteurs. Depuis le début de la saison, j’observe que les événements rassemblent à peu près la moitié des effectifs habituels, et ça n’a pas manqué avec ces Internationaux puisque quatre femmes (contre une dizaine habituellement) et dix-huit hommes (contre une quarantaine les années fastes) se sont rencontrés durant deux jours, le samedi pour les phases de qualification par poules de quatre tireurs et le dimanche pour les phases de tableau, des huitièmes de finale aux finales.

À ce titre, Kévin et moi sommes sortis des poules plutôt bien placés grâce à deux victoires et un match nul pour Kévin, trois victoires pour ma part. Nous passons également les huitièmes, mais les choses commencent à se corser et Kévin tombe probablement de peu face à Mathieu Leblé. De peu car il aura fallu une reprise supplémentaire et la décision des juges pour que les deux tireurs puissent se départager. Je passe de mon côté les quarts et affronte en demi-finale le grand favori, David Leblé. Celui-ci l’emporte à la majorité, mais j’assure néanmoins la troisième place en battant en petite finale l’adversaire de Kévin.

Quatuor final :

  1. David Leblé (Le Port, La Réunion)
  2. Quentin Lelong (Villeurbanne)
  3. Xavier Lejeune (Paris)
  4. Mathieu Leblé (Le Port, La Réunion)

Nous n’étions pas seuls de l’Alliance Parisienne à cette compétition puisqu’Amélie de Canne & Dragons, en tant que quasi-autochtone a participé aux assauts . Enfin Martial et Jocelyn de Canne TV sont venus tout spécialement avec leurs caméras, leurs micros et leur connexion 4G pour commenter tout le week-end en direct sur Twitch samedi et YouTube dimanche (Twitch ayant suspendu notre chaîne à la fin de la journée de samedi pour infraction aux droits d’auteur) les assauts, permettant à ceux et celles qui sont restés loin de Villeurbanne de suivre les assauts et d’encourager à distance leurs champions !

créneaux vacances 2022 canne de combat paris Associatif

Où pratiquer pendant les vacances de février ?

Comme souvent pendant les vacances, certaines salles ferment. Fort heureusement, d’autres restent ouvertes pour celles et ceux qui n’ont pas la chance d’aller dévaler les pistes enneigées. Voici donc les ouvertures et fermetures par créneau pour savoir où et quand pratiquer pendant les vacances de février.

Lucien Gaudin (lundi)

  • ouvert du 19 au 25 février
  • fermé du 26 février au 6 mars

Reuilly (lundi)

  • a priori ouvert pendant toutes les vacances (pas de nouvelles)

Jussieu (mardi)

  • ouvert pendant toutes les vacances

Léo Lagrange (mercredi)

  • a priori ouvert pendant toutes les vacances (pas de nouvelles)

Jussieu (jeudi)

  • ouvert pendant toutes les vacances

Lavoisier (samedi)

  • ouvert du 19 au 25 février
  • fermé du 26 février au 6 mars
titis parisiens 2022 canne de combat paris léo lagrange cnccb ffsavate ffsbfda Actualités

Titis Parisiens 2022 (et Titis Jeunes)

Après une saison d’absence, revoici les Titis Parisiens, célèbre compétition par équipes de canne de combat à Paris que nous organisons avec Canne & Dragons et Latéral 13, en partenariat avec le CDSBF75 !

Même si nous nous attendons à une affluence moindre en raison des conditions sanitaires, nous espérons que vous serez nombreux et nombreuses à venir participer, vous défouler lors de cet événement. N’hésitez pas à en parler autour de vous, les gradins sont grands et peuvent accueillir des spectateurs, visiteurs et curieux.

Titis Jeunes

Pour la troisième fois, nous souhaitons que les enfants et adolescents puissent bénéficier de la même expérience que les adultes, dans une version moins longue de la compétition puisqu’elle ne dure qu’une journée (le samedi). En revanche les autres paramètres restent identiques : équipes mixtes, assauts en relais, un nombre de reprises égal à quatre ou neuf suivant que les équipes sont formés de deux ou trois équipiers.

Nous utiliserons un système suisse pour permettre un classement au fur et à mesure que les assauts auront lieu et éviter les éliminations, que nous estimons plus source de frustration que de motivation.

En bref

  • date : samedi 22 janvier 2022
  • horaires : 9h – 17h
  • lieu : gymnase Léo Lagrange (Paris 12)
  • public : jeunes, de 10 à 18 ans
  • niveau : à partir du pommeau vert (rouge recommandé)
  • frais d’inscription : 15€ (déjeuner inclus)

Titis Parisiens

La compétition-phare pour les adultes, par équipes (mixtes, comme d’habitude) de trois tireurs -un(e) remplaçant(e) possible- qui se relaient pendant neuf minutes sur l’aire de combat.

Un maximum d’assauts sera proposé aux équipes (à concurrence de 10), pas d’éliminatios

En bref

  • dates : samedi 22 et dimanche 23 janvier 2022
  • horaires : samedi 9h – 18h, dimanche 10h – 16h
  • lieu : gymnase Léo Lagrange (Paris 12)
  • public : adultes
  • niveau : à partir du pommeau rouge
  • frais d’inscription : 30€ (déjeuners inclus)

Titis Parisiens canne de combat Paris 2020
Pendant l’édition 2020

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter ou à consulter l’événement Facebook créé pour cette occasion.

Rentrée canne de combat paris Apaches de Paname Actualités

Rentrée 2017-2018

La rentrée arrive, pourquoi ne pas venir essayer un sport de combat original ludique et spectaculaire, en toute sécurité ? La canne de combat vous permettra d’apprendre à vous battre avec style, tout en développant vos dextérité, coordination, agilité. A plus haut niveau, vous pourrez tendre vers la compétition ou la canne de spectacle, deux branches de la canne vers lesquelles nous guidons nos élèves.

Changement dans les créneaux

  • attention, le cours du JEUDI SOIR remplacera le cours du VENDREDI SOIR. Les horaires (19h30-21h30) et le lieu d’entraînement (salle d’agrès de l’UPMC) restent les mêmes
  • les autres créneaux ne changent pas

Nouveautés pour la saison :

  • canne de défense tous les mardis soirs car Schola Martis se concentre sur les activités « stage »
  • bâton tous les jeudis soirs, en parallèle du cours de canne
  • une séance par mois (jour à déterminer) sera dédiée aux spécialités (double canne, canne savate)
  • une séance par mois (jour à déterminer), comme les saisons précédentes aura lieu une soirée-assauts, par équipes ou en individuels
Cours en extérieur - Canne de combat Paris - Apaches de Paname Actualités

Fin de saison 2016-2017 et cours en extérieur

Canne de combat - cours en extérieur - Apaches de Paname

Des cours pendant les vacances d’été ?

La saison se termine, les réservations de salle avec elle. Cependant nous vous offrons l’opportunité d’éviter de vous passer de canne et d’exercice physique pendant deux mois grâce aux séances en extérieur !

C’est justement l’occasion de :

  • découvrir l’activité pour ceux qui ne connaissent pas
  • continuer à s’entraîner pour ceux qui ne veulent pas revenir tout vermoulu en septembre
  • faire du parkour
  • rencontrer de nouveaux tireurs
  • terminer la séance par un pique-nique à la fraîche après l’entraînement

Horaires & lieu

  • Horaires : 19h30 – 21h les mardis soirs et jeudis soirs des mois de juillet et août (si jamais un cours est annulé, nous préviendrons sur Facebook)
  • Lieu : rdv à côté de la salle Lucien Gaudin, quai St Bernard, M° Gare d’Austelitz
  • Bref retrouvez-nous sur les quais, pensez à prendre votre matériel, de quoi vous réhydrater et de quoi grignoter/partager lors du pique-nique final.

    Gant Vermeil - canne de combat Paris - Apaches de Paname Associatif

    Distinction pour éminents services rendus.

    J’ai eu l’insigne honneur et le privilège de recevoir en cette fin du mois de juin une distinction fédérale, le « Gant Vermeil ». Pour rappel, le gant vermeil récompense les enseignants de Savate Boxe Française (et Disciplines Associées, donc) ayant exercé au moins 7 années, sur demande d’un président de club, de département, de ligue, d’un membre de la commission nationale ou du comité directeur.

    En l’occurrence, c’est au CMS Pantin que vont mes remerciements et en particulier à Aymeric Ponchut, lui-même entraîneur de longue date et détenteur du Gant d’Or (ça ne rigole pas) pour avoir fait la demander et m’avoir permis d’obtenir cette distinction honorifique.

    Point-culture : le « vermeil » ne fait ici pas référence à la couleur vermeil ni à la carte éponyme (je commence à me faire vieux, mais pas tant que ça), mais bien au métal obtenu par superposition d’or sur de l’argent. Fin du point-culture.

    Canne de spectacle

    Canne et escrime artistique

    Stage lames sur seine escrime artistique et canne de combat
     

    Propos

    J’ai été invité les 13 et 14 février 2016 au stage annuel des Lames sur Seine. Il s’agit d’un stage d’escrime artistique ouvert à tous les pratiquants et pratiquantes intéressé(e)s de toute la France. J’avais déjà mené des interventions l’an dernier et l’année précédente en présentant une approche historique de la canne de combat, en la remettant dans un contexte de 19e siècle parisien où les agressions d’apaches (les voyous de l’époque) ne manquaient pas. Je leur ai donc parlé bien évidemment de canne avec une composante auto-défense importante (comme on pouvait en trouver dans les traités d’Emile André ou de Jean-Joseph Renaud par exemple), mais également quelques notions de savate, de couteau ou les fameuses actions telles que le coup du Père François.

     

    Cette fois-ci, Michel Olivier (Président des Lames) m’avait demandé d’orienter mes modules vers l’approche sportive de la canne de combat. J’ai donc réfléchi à ce que pouvait apporter la canne de combat et ai abouti au programme ci-dessous.

     

    Programme

    Le premier module (1h30) a consisté à résoudre la principale difficulté de l’opposition quand on n’a jamais fait que de la chorégraphie : travail de fluidité, gestion de la distance, enchaînement, terminer les attaques (ne pas s’arrêter à chaque fois 40cm devant la cible), le tout saupoudré d’un brin de dextérité en jouant avec l’arme (manipulations ou « tricks »), ce qu’on effectue bien plus aisément (et de manière plus sure) avec une canne qu’avec une rapière.

    J’ai consacré un autre module (2h) aux réflexions que nous avons eues suite aux diverses conventions auxquelles nous avons pu participer (Salon Fantastique, Geekopolis) sur une approche du spectacle non chorégraphié :

     

    • des micro-chorégraphies avec signal pour les déclencher : il arrive qu’on ait envie de placer une action ultra-stylée (une esquive-riposte en volte-sautée + croisé haut par exemple) mais que l’occasion de la placer n’arrive pas. Nous avons donc travaillé à les automatiser pour que ces actions puissent sortir naturellement pendant le combat. Bien évidemment, pour ne pas qu’elle sorte n’importe quand, il est important d’avoir un signal spécifique qui le déclenche. Nous suggérons donc d’utiliser un mouvement peu commun (croisé bas, feinte de brisé-brisé, volte+enlevé) comme déclencheur de l’action. Il est nécessaire de répéter un minimum avec son partenaire pour rendre fluide la réaction à ce signal, mais le résultat est souvent assez probant.
    • les phases pour raconter une histoire : l’idée consiste à scénariser le match en le décomposant en 2 ou 3 phases bien distinctes. Par exemple : une première phase d’esquives/ripostes, une deuxième où l’un attaque et l’autre pare tout et une troisième où l’un attaque et l’autre contre-attaque. Cela permet, dans une démonstration d’une minute à une minute trente, de « scénariser » le combat de façon à ce que le public ait l’impression qu’on lui raconte une histoire (l’apache agresse le bourgeois qui ne fait d’abord que se défendre, puis il reprend la main face à un apache qui esquive tous ses coups)
    • jouer les touches en faisant semblant d’avoir mal juste après l’impact et les lâchers de canne. Ce dernier point est assez crucial car il arrive régulièrement en canne que l’on lâche son arme. Il faut alors improviser quelque chose et faire comme si c’était totalement voulu. Ce que nous préconisons alors est une phase d’attaques particulièrement visibles de par celui qui possède encore son arme, et des esquives en direction de l’arme pour celui qui n’en a plus. Si en plus la récupération peut s’effectuer manière « stylée » (roulade, roue), il ne faut pas se priver.
    • mettre en avant les éléments spectaculaires de la canne tels que l’amplitude, les changements de main, les voltes. Si chacun de ses points peut exister en escrime artistique, ils sont en général minorés en comparaison de ce que nous utilisons en canne de combat : la gestuelle implique la plupart du temps le coude ou le poignet (principalement en raison du poids de la rapière) là où la canne a tendance à utiliser l’épaule. Les changements de main se limitent à des passages d’une main à l’autre mais ne vont pas comme en canne jusqu’à des changements dans le dos, en faisant tournoyer l’arme ou en la laissant glisser sur l’épaule. Enfin les voltes se pratiquent souvent par le biais d’esquives et pas forcément comme élément visuel (ou tactique en canne sportive).

     

    Enfin un module assez court (une trentaine de minutes) sur la double canne à base d’exercices classiques que j’ai l’habitude d’aborder (manipulations des cannes de manière non symétriques, coordination en rythme à 2, trois grandes stratégies en double canne : attaque totale, parade totale, contre-attaque+parade) afin de développer essentiellement les facultés psychomotrices tout en jouant avec son adversaire.

     

    Retours

    Après chaque module, j’ai demandé aux stagiaires ce qui leur avait plu ou moins plu, ce que chaque approche a pu leur apporter dans leur pratique de l’escrime artistique. Les principales qualités mises en avant sont l’agilité, la fluidité, la coordination (pour la double canne), et le plaisir de pouvoir effectuer une rélle opposition en toute sécurité.

     

    Le module de double canne, à la fois parce qu’il est arrivé à la fin du stage alors que tout le monde commençait à accuser une fatigue bien normale, mais également parce que le travail cognitif est particulièrement important, a été considéré comme de loin le plus difficile.

     

    Mais dans l’ensemble les stagiaires étaient tous très satisfaits de cette intervention qui sortait des sentiers battus, tout en leur proposant une activité proche de la leur avec des armes qu’ils connaissaient (il n’est pas rare d’utiliser des cannes en escrime artistique lorsqu’on débute ou pour travailler un enchaînement avant d’utiliser la rapière).

     

    Vidéos


     

     

     

    Actualités

    Internationaux 2015/2016 – un bilan

    Point de vue de l’organisateur

    Nous nous y sommes pris à la fin de mois d’août, le projet découpé comme un sauciflard en tâches et en sous-tâches sur Asana, chaque tranche affectée à un responsable et affublée d’une date de péremption.
    Malgré cette méthodologie des plus fines et le groupe de bénévoles motivés, nous avons eu une dernière semaine de préparation presqu’aussi chargée que stressante.

    Mais le bon point, c’est que nous avons pu tester beaucoup de choses : le financement participatif (nous reviendrons probablement dessus ultérieurement), la buvette (première fois que nous avions un banquet à demeure et pas uniquement des repas organisés au moment des repas comme aux Titis), les expositions disposées sur de superbes grilles prêtées par la Mairie du 18e et les commentaires sportifs en direct. Beaucoup de nouveautés, beaucoup de fatigue, mais beaucoup de réussites.

    Et en tant qu’orga, ce qui a prévalu, c’est la satisfaction des participants, même si un public plus nombreux aurait été une récompense encore plus grande.

    Merci à tous les bénévoles qui ont offert de leur temps pour encadrer le service de la buvette, l’installation des aires, l’hébergement, les super démonstrations de canne italienne, méthode Lafond, Tuatha Penn Bazh et canne de défense !

    Point de vue du compétiteur

    C’était sans doute de trop, mais il fallait que j’essaye; en tous cas était-ce ce que j’imaginais avant le jour J. Et là, je me suis aperçu qu’il me faudrait choisir entre me concentrer sur les assauts, seconder mes tireurs, aider à l’organisation et commenter les assauts.

    C’est donc un peu à contrecoeur que j’ai revêtu ma tenue et endôssé mon rôle de compétiteur. Fort heureusement, Laura, Marc, William, Kévin, Loïc du côté des Apaches, Jennifer du côté de Canne & Dragons et Léopold de celui de Latéral 13 étaient autrement plus motivés et se sont bien défendus pendant les 2 jours de la rencontre.

    La formule de la rencontre était classique : une seule poule par catégorie, chaque compétiteur rencontrant les 2 tireurs en-dessous et au-dessus de lui/elle dans la liste.

    Malgré plusieurs victoires chacun, seul Marc, Jennifer et moi-même avons réussi à être qualifiés pour le tableau des finales, mais tous se sont très bien battus, notamment pour une première compétition individuelle, félicitations à toutes et toutes !

    Podiums

    Podium FEMININ

    1. Aurélie SCHNEIDER (CCBS, Schiltigheim)
    2. Margaux FOURNIER (KCCBS, Quimper)
    3. Jennifer ZRIBI (Canne & Dragons, Paris)

    Podium MASCULIN

    1. Benjamin LATT (CCBS, Schiltigheim)
    2. Xavier LEJEUNE (Apaches de Paname, Paris)
    3. Quirin BENA (CCBS, Schiltigheim)

    Coupe de Style

    1. Benjamin LATT (CCBS, Schiltigheim)

    Coupe de Fair-Play

    1. Margaux FOURNIER (KCCBS, Quimper)

    Résultats

    Télécharger les résultats officiels (PDF)